Information Participative

Médias Citoyens Diois continu !

Retrouvez-nous sur notre nouveau site :

http://mediascitoyens-diois.info

lundi 30 novembre 2009

Die 26150 : Danse contact improvisation

Stage de DANSE CONTACT IMPROVISATION nourrit de la pratique de l'Art Martial Sensoriel
à Die dans la drôme (26)
Samedi 4 et dimanche 5 décembre 2009
ANCRAGE ET LIBERTE
Avec Christelle Casse de l’association les Os pOsés
Horaires : de 10h30 à 17h samedi et 10h à 16h30 dimanche
Tarifs: 60 €/ 55 € TR si réservation avant le 30 NOVEMBRE
65 €/ 60 € TR après
+ 10€ d’adhésion
Infos /inscriptions : osposes@no-log.org /Christelle : 06 22 51 53 83
Inscriptions : envoyer 20 € arrhes à :
Les Os Posés
6 rue Félix Germain
26150 Die
PROPOSITION :
Trouver ses appuis et éveiller sa vitalité avec douceur. Ancrer sa
dynamique dans le sol, la rencontre avec l’autre pour ouvrir des portes
dans le corps et explorer l’espace. Nous (re)visiterons des éléments/
principes de base du contact improvisation en utilisant les outils de
préparation de l'Art Martial Sensoriel. Nous puiserons ainsi dans nos
ressources internes pour trouver à la fois support et liberté / ancrage et
créativité dans le corps et dans la relation à l'autre.Le Contact Improvisation est une technique de danse dans laquelle le point de contact entre les partenaires devient le point de départ du mouvement. Il est issu de la danse “post moderne “ et est fortement influencé par la pratique de l’Aïkido et des techniques sensorielles développant la conscience, le relâché et la précision dans le geste. Jeu d’exploration des lois physiques s’appliquant sur le corps comme le poids, la gravité, l’inertie, la friction, l’énergie cinétique
CHRISTELLE CASSE :
A 17ans, elle rencontre l'improvisation avec le théâtre. Plus tard, elle creuse le lien avec le mouvement et se forme en danse afro-contemporaine, contemporaine et depuis 10 ans en Contact Improvisation (CI).. Elle approfondit le travail de la voix et du texte en mouvement au Moving On Center à Oakland (Californie) à travers le « Vocal motion » de Carol Swann, l'Action Theater, puis avec Simone Forti et son approche du « Logomotion ». Elle organise à Paris des soirées d'improvisation régulières sur le thème « texte en mouvement » où danse et lecture/ oralité étaient invitées à se croiser.
Installée dans la région depuis 2005, elle enseigne l'improvisation et le CI et elle a co-fondé l'association les Os Posés qui promeut une approche de l’improvisation dansée centrée sur la confiance et la coopération comme moteur de la création. Elle collabore à divers projets de Chorescence à Grenoble et notamment à l'organisation de manifestations/ rencontres autours du Contact Improvisation. Passionnée par la pédagogie perceptive, et particulièrement par la
somato-psychopédagogie développée par Danis Bois, elle obtient en 2007
un DU d'Art Mouvement et Thérapie, et poursuit actuellement une formation en Art Martial Sensoriel avec Martine de Nardi. Christelle propose cette année des cours de Contact Improvisation et Conscience corporelle à Grenoble le vendredi matin et à Fontaine le
mercredi soir (tous les 15 jours) -
infos : osposes@no-log.org.
Sébastien
pour : les Os pOsés
6 rue Félix Germain
26150 Die
tel : 06 89 65 67 21
osposes@no-log.org /
www.osposes.fr

Les toilettes sèches officiellement autorisées

Les toilettes sèches officiellement autorisées
Je vous envoie une nouvelle importante. Pour ceux et/ou celles qui ont un coin de jardin pour y faire du compost, (en tandem avec des toilettes sèches.). Les W.C à eau sont un « non sens », un gaspillage monstrueux, surtout pour notre époque où l’Eau est déjà un problème et va bientôt passer au premier rang de nos préoccupations. (je crois que c'est cela qui a poussé à passer cette loi). De plus, au lieu de rendre à la terre l'engrais que nous lui devons, respectueusement, nous lui rendons les boues empoisonnées des stations "d'épuration des eaux". Après avoir vu les vidéos d’Emoto sur l'eau...on imagine la mémoire de l'eau après cette pseudo- épuration. En effet, pour aller jusqu'au bout de la démarche, (ce que j'ai fait), si on peut, c'est installé, dans le jardin aussi des bacs de phyto-épuration individuelle. Et cela revient bien moins cher que les installations avec épandage qui produisent aussi des boues polluées. Alors que les plantes d'eau des bacs sont magnifiques et décoratives dans le jardin Alors, en 2010, on agit dans le bon sens.
Que les bonnes décisions soient avec vous !
Nadj
L'association www.eauvivante.net m'a aidé pour mes installations.
Les toilettes sèches officiellement autorisées
Les toilettes sèches, ce sont des W.-C. écologiques qui fonctionnent sans eau. Officiellement reconnus par un décret du 9 octobre 2009, ces équipements pourraient être promis à un bel avenir. Les toilettes sèches, ce sont des W.-C. qui fonctionnent sans eau. On les appelle également toilettes à compost ou toilettes à litière bio-maîtrisée. Le principe : les matières organiques (selles et urines) sont recueillies dans un seau en acier inoxydable ou en plastique contenant une couche de plusieurs centimètres de litière (sciure, copeaux, broyats végétaux, carton déchiqueté....). Après chaque utilisation, il suffit de couvrir les selles avec un peu de
litière. Cet apport de matière permet de neutraliser les odeurs et d'obtenir un rapport carbone/azote favorable à la décomposition rapide des matières et au compostage. Aménagé dans un coin du jardin, le carré à compost recevra régulièrement les effluents des toilettes (un seau d'une quinzaine de litre doit être vidé tous les dix jours pour une famille de quatre personnes). Après une à deux années de repos, le compost ainsi obtenu est prêt à l'emploi dans le jardin.
Les toilettes sèches reconnues par la loi :
Les toilettes sèches n'étaient pas reconnues par la réglementation. C'est désormais chose faite grâce à un décret paru le 9 octobre 2009 au Journal Officiel. Le texte les autorise « /à condition qu'elles ne génèrent aucune nuisance pour le voisinage ni rejet liquide en dehors de la parcelle, ni pollution des eaux superficielles ou souterraines.
Le décret porte sur deux types d'équipements :
Ceux qui traitent en commun les urines et les fèces, qui les mélangent à un matériau organique pour produire du compost ; Ceux qui traitent les fèces par séchage. Dans ce cas, les urines doivent rejoindre la filière de traitement prévue pour les eaux ménagères.
Le décret du 9 octobre devrait donner un nouvel élan à ces équipements écologiques. L'association Empreinte a recensé près de 1.400 foyers qui utilisent des toilettes sèches. Sur la base de dix utilisations par jour, et en considérant que des toilettes conventionnelles consomment six litres à chaque fois, l'économie d'eau potable atteint trente millions de litres
par an. Empreinte rappelle également que les produits d'évacuation des W.-C. classiques constituent 60 % des eaux à épurer en France. Chez les fabricants, le prix d'une toilette sèche démarre aux alentours de 300€ (seau, meuble, cuvette, etc.). En auto-construction, le coût descend à une cinquantaine d'euros. Pour en savoir plus, connectez-vous sur le
site de l'association Empreinte.
www.habitat-ecologique.org
Ecologie au Quotidien
DIE, Rhône-Alpes, France
le Chastel 26150 DIE
Tel : 04 75 21 00 56
Courriel : ecologieauquotidien@gmail.com
Site : http://ecologieauquotidien.blogspot.com/

dimanche 29 novembre 2009

Die 26150 : Donis expose à l' Hôpital

Exposition de Françoise Donis
Le Groupe Culture à l’Hôpital et Monsieur le Directeur du Centre Hospitalier de Die vous invitent à l’exposition de peinture de Françoise Donis de Boulc en Diois du vendredi 27 novembre au lundi 21 décembre 2009 de 10 h à 17 heures. Rencontre avec l’ artiste le 11 décembre de 15h à 17 heures à l’EHPAD du Centre Hospitalier.
Contact :
Yannick Gachet
Coordinateur Animations EHPAD
EHPAD - CH de Die
26150 DIE
Tél. 04 75 22 55 00
Poste 3612
yannick.gachet@ch-die.fr

Exercice de crise à Tricastin, 26 Saint Paul Trois Château

DES ANTI NUCLEAIRES S'INVITENT à L'EXERCICE DE CRISE AU TRICASTIN
Ce jour au Tricastin,
(La centrale nucléaire du Tricastin est implantée sur le territoire de la commune de Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme), sur la rive droite du canal de dérivation du Rhône. Elle est équipée de 4 réacteurs à eau sous pression de 900 MW), site où se multiplient les « incidents », a eu lieu un exercice de crise pendant lequel EDF a simulé une attaque terroriste. Cet exercice, selon EDF , à dominante sûreté nucléaire, avait pour objectif de tester le dispositif d’alerte et l’organisation de crise qui seraient déployés par les pouvoirs publics et EDF afin d’assurer la protection de la population dans l’hypothèse d’un accident nucléaire.
Pendant la durée de cette simulation, des militants du Collectif anti-nucléaire Sud-Est ont déroulé sur le flanc d’une falaise faisant face à Tricastin, une banderole de 150 m2 jaune fluo, « LE NUCLEAIRE TUE L’avenir » à l’intérieur du périmètre de sécurité du PPI (Plan Particulier d’Intervention) et ce, sans être le moins du monde inquiétés.
Les militants dénoncent le dérisoire de ce type de simulations au travers desquelles les autorités reconnaissent que le pire est possible. Un acte terroriste pourrait occasionner un drame équivalent à celui de Tchernobyl où des millions de personnes vivent toujours dans des zones contaminées. Dans le cas d’un tel évènement il est illusoire de croire que l’on pourrait évacuer la vallée du Rhône. Aujourd’hui, quelques gendarmes, une sirène pour soit-disant protéger la plus grosse concentration d’entreprises de l’industrie nucléaire en France.
Dormez tranquilles braves gens, EDF veille sur vous !
Jocelyn Peyret
Collectif anti-nucléaire Sud-Est
Contacts : 06 82 45 13 89 et 06 03 03 63 75
Coordination nationale actions & groupes
Réseau Sortir du nucléaire
9 rue de la Birg
68000 Colmar
Tel fixe : 03 89 41 80 95
Portable : 06 20 36 57 17
Mail : jocelyn.peyret@sortirdunucleaire.fr
Web : http://www.sortirdunucleaire.org

samedi 28 novembre 2009

Mort de Claude Bourde, directeur du Crestois

Claude Bourde est mort
La grande faucheuse ne lui aura laissé qu’un très bref répit. Il avait appris sa maladie en novembre 2008. Son premier souci a été d’assurer la pérennité de son entreprise et d’organiser au mieux son bon fonctionnement en son absence.
Jusqu’à début avril 2009, il a affronté un traitement très lourd avec un gros moral, très soutenu dans son épreuve par sa femme Joëlle et toute sa famille. Il a aussi toujours trouvé le temps de garder un œil vigilant sur le journal et l’imprimerie.
En avril, les nombreux examens passés nous ont redonné le sourire à tous. Sans être de nouveau déclaré bon pour le service, son horizon s’est éclairci. Il a recommencé à mettre prudemment le nez dehors, à travailler quotidiennement chez lui, à donner les conseils que chacun attendait toujours de lui.
Hélas, il ne s’agissait pour lui que d’un bel été indien. Son état de santé a recommencé à se dégrader en septembre, et les examens cliniques l’ont obligé à de nouvelles séances de traitement.
Samedi 21 novembre, il a dû être hospitalisé à l’hôpital de Crest. Depuis, son état n’a cessé de se dégrader.
Aujourd'hui, dans l’équipe du Crestois, nous nous sentons tous bien seuls...
Le Crestois
52 rue Sadi Carnot, CREST
Tél : 04 75 25 00 82
Fax : 04 75 25 46 72

Dans cette histoire de crabe aux pinces de mort, le héros c'est lui : l'homme, le journaliste, moustaches au vent, assurant sans trêve ni repos, cette mission tant aimée du reportage, de la rencontre du compte rendu.
Entouré de tous les siens, veillé par ses ancêtres imprimeurs, le crabe a eu raison de lui ce matin du 27 novembre à 10h55, mais le héros de cette histoire, c'est LUI, Claude Bourde !
Joëlle Bourde
Mediascitoyensdiois s’associe à la douleur de ses amis et de sa famille et leurs témoigne une sincère amitié.
Claude Veyret

vendredi 27 novembre 2009

Conférence et débat sur le végétarisme


Le végétarisme, un choix politique, un engagement personnel
présentation/débat :
Une part significative de la population devient progressivement végétarienne et le souci des animaux grandit dans nos sociétés, alors que ces derniers n'ont jamais été si nombreux à être tués et à souffrir de conditions terribles de vie.
De nombreux végétariens font aujourd'hui de leur régime alimentaire un choix politique, et présentent des analyses de la question animale inspirées notamment du féminisme et des analyses anti-racistes, voyant dans l'esclavage des animaux, et dans l'idéologie qui l'accompagne, le spécisme, une continuité essentielle avec des oppressions intra-humaines.
Un mouvement se développe depuis quelques vingt ans, qui remet ainsi en question notre façon de concevoir la société, mais aussi "la politique" et "le personnel".
Yves Bonnardel, militant libertaire et égalitariste, viendra présenter le sujet.
26470 Bellegarde en Diois
ybonnardel@free.fr

Revue : L'Ours


L’Ours
Cette revue proche du Parti socialiste consacre une livraison aux transformations du militantisme socialiste (rôle des supporters, des permanents et d’Internet, démocratie directe…) Egalement au sommaire, la crise entre le PS et le monde enseignant. (N° 46-47, 2009, trimestriel, 14 euros. - 12, Cité Malesherbes, 75009 Paris.)

jeudi 26 novembre 2009

Die 26150 : Coordination Nationale de défense des Hôpitaux

13ème Rencontre à Die de la Coordination Nationale des Comités de Défense des Hôpitaux et Maternités de proximité à Die!
La Coordination Nationale des Comités de Défense des Hôpitaux et Maternités de proximité tiendra sa 13ème Rencontre Nationale à Die, le 28 novembre 2009. Celle-ci est née lors des luttes pour la défense de l’hôpital de Saint-Affrique. Depuis, elle se réunit deux fois par an et regroupe à ce jour plus de 200 comités locaux. Elle essaie d’organiser ses rencontres sur l’ensemble du territoire pour faciliter les déplacements des comités.
Le choix de Die revêt, nous semble-t-il, un caractère important du fait de nos luttes menées avec la population et celles à venir pour le maintien de la maternité, de la chirurgie d’urgence et l’obtention des moyens humains et financiers nécessaires.
Les regroupements et les concentrations de structures (sous prétexte de sécurité) éloignent de fait l’offre de soins, renforçant l’insécurité due aux délais de prise en charge des malades, aux risques liés aux déplacements routiers. C’est une aberration sur le plan sanitaire, sur le plan écologique et sur le plan de l’aménagement du territoire.
Cette rencontre, de dimension nationale, est une occasion de mobiliser l’ensemble des acteurs de la santé qu’il s’agisse de la population elle-même, des professionnels de santé, des élus à tous les échelons.
Y participeront notamment : Michel Antony, président de la Coordination Nationale, Jean-Luc Gibelin, cadre hospitalier, responsable politique, Alain Fauconnier, Sénateur-Maire de Saint-Affrique, Patrick Pelloux, urgentiste, des responsables syndicaux nationaux…
Un débat public aura lieu à 18 heures, salle polyvalente de Die, autour de « Seule la mobilisation et la lutte paient ! Comment sauver et promouvoir nos structures de proximité, en milieu rural et urbain ».
Il sera suivi d’un repas à 21 heures (chacun apportant son écot).
S’inscrire le plus tôt possible auprès de
Lucile STAHL
Collectif de défense de l’hôpital Die
26150 Die
(
lucilestahl[AT]no-log.org)
ou Jean-Pierre Rambaud
(
jp.rambaud[AT]laposte.net
06 81 64 09 69 ).
Cette 13ème Rencontre Nationale est réalisée en partenariat avec la Cave Coopérative Clairette de Die Jaillance.

Agriculture Durable en Rhône-Alpes

Les réseaux de la "bio" définissent et défendent l'agriculture durable au sein du pôle INPACT Rhône-Alpes
Le réseau INPACT des Initiatives pour une agriculture citoyenne et territoriales regroupe un pôle national et des pôles régionaux des réseaux associatifs initiateurs de la "bio" autour de la mise en oeuvre d'une agriculture durable. Face au flou et aux dérives du "durable", les réseaux membres d'INPACT définissent le contenu, les principes et les pratiques d'une agriculture durable basée sur les fondamentaux du développement durable tels que ratifiés par 174 pays à Rio en 1992. Le pôle Rhône-Alpes, issu du Réseau Agriculture Durable Rhône Alpes fondé en 1999, regroupe 8 acteurs du secteur.
"L’agriculture durable ne peut pas être autre choseque la déclinaison au secteur agricole et rural des 27 principesdu Développement Durable, ratifiés par 174 pays à RIO et qui de se fait constituent LA référence en matière de durabilité.Une proposition résultant d’une prise en compte partielle de ces principes ne peut pas s’autoproclamer « durable » au sens de la déclaration de Rio."
Les priorités du réseau INPACT
Donner davantage de garantie aux consommateurs sur la qualité gustative et sanitaire des produits par la transparence dans les actes d’achats, de production, de transformation et de vente des produits agricoles.
Préserver les ressources rares ou non renouvelables, valoriser les ressources abondantes, façonner les paysages pour une campagne vivante et accueillante, respecter la bio diversité et les milieux menacés.
Développer des emplois agricoles et ruraux en milieu rural et participer au développement local et territorial.
Maîtriser les volumes de production d’une agriculture autonome et s’interdire les exportations subventionnées qui menacent l’équilibre alimentaire mondial et ignorent le droit des peuples à définir leur politique agricole et à se nourrir eux-même.
Le réseau INPACT Rhône–Alpes met en oeuvre un ensemble d’actions :
Élaborer et diffuser des références sur l’agriculture durable : mise en place de réseaux de fermes de références ou de démonstration ; communication et information des agriculteurs, des organisations professionnelles et des élus.
Encourager le changement et l’évolution des systèmes de production : échanges d’expériences ; valorisation des grilles d’analyse de la durabilité ; formations des agriculteurs ; mise en valeur des savoirs paysans.
Promouvoir une agriculture multifonctionnelle favorable à l’installation et l’emploi : accompagnement à la transmission et à l’installation.
Développer les liens entre agriculture et territoire : opération Ferme en Ferme ; projet d’animation Villes/Campagnes ; mise en place de relation avec les associations de consommateurs, avec les comités de Pays.
Le réseau INPACT Rhône-Alpes regroupe
Le réseau INPACT regroupe un pôle national et des pôles régionaux. Le pôle Rhône-Alpes, issu du Réseau Agriculture Durable Rhône Alpes fondé en 1999, compte à ce jour 8 associations membres.
Accueil paysan
Répondre aux aspirations des citadins par un accueil convivial et authentique, une alimentation saine issue d’une agriculture respectueuse de l’homme et de l’environnement, dans le cadre d’une relation ville-campagne plus harmonieuse.
AFIP - Association de formation et d'information pour le développement des initiatives rurales. Faciliter le dialogue entre acteurs locaux, stimuler la réflexion pour favoriser l’émergence de solutions nouvelles, encourager l’initiative et accompagner les porteurs de projets.
Alliance Paysans, Ecologistes, Consommateurs Rhône-Alpes
Intervention dans le débat public, informations relatives à l'interaction des pratiques et des politiques agricoles avec l'environnement, la consommation et le maintien du tissu rural. Développe et structure un réseau des AMAP en Rhône-Alpes
AVEC - Agriculteurs en VEntes Collectives
Créer un lieu d’échanges et de réflexions entre les structures de vente et élaborer des propositions pour encourager le développement de la vente directe collective.
AFOCG - Association de formation collective à la gestion
Former les agriculteurs à la gestion, depuis la comptabilité jusqu'à l'accompagnement du projet en privilégiant une approche globale de la décision. FRCIVAM - Fédération régionale des centres d'initiative pour valoriser l'agriculture et le milieu rural
Renforcer les capacités d’initiative des agriculteurs et des ruraux pour maintenir des campagnes vivantes et accueillantes par un développement durable et solidaire.
CORABIO, COordination Rhône Alpes de l’agriculture BIOlogique
Faire reconnaître le mode de production biologique, organiser les filières, démontrer la volonté et la capacité de la profession agrobiologique à mettre en oeuvre un développement durable.
ARDEAR - association régionale pour le développement de l'emploi agricole et rural. Soutenir les initiatives favorables à l’emploi agricole et rural. Promouvoir l’agriculture paysanne, accompagner l’installation et l’évolution des systèmes de production
Contact INPACT Rhône-Alpes
FRCIVAM
CFPPA Le Valentin
26500 Bourg-lès-Valence
Tel : 04 75 78 46 49
04 75 78 46 42

Die 26150 : Sauts en vélo à Plas

Inauguration du Terrain de Dirt du Diois
Samedi 5 décembre à 14h
Hameau de Plas en face du VVF
Voilà plus d'un an maintenant, un groupe de jeunes Diois s'est lancé dans la construction d'un terrain de Dirt.
Après un long parcours semé d'embuches et de soutiens, le terrain est enfin prêt !
L'inauguration aura lieu samedi 5 décembre,
vous êtes tous invités à venir découvrir le terrain,
le Dirt et faire connaissance avec les jeunes.
Pour les non-initiés le Dirt est une discipline de vélo où il s'agit de faire les plus beaux sauts et les plus belles figures.
Arnaud Miceli
Coordinateur Jeunesse
Espace Social et Culturel du Diois
Place de l'évêché
26 150 Die
Tel : 04 75 22 30 74

mercredi 25 novembre 2009

La nature malade de sa gestion ?

La Nature malade de la gestion.
Auteur : Jean-Claude Génot

A travers son expérience professionnelle et ses voyages naturalistes, Jean-Claude Génot nous révèle l'ambiguïté de notre relation à la nature. Il nous montre comment et pourquoi la gestion de la biodiversité parachève la domination de la nature par l'homme, comment sa protection est victime de la société technicienne. Une biodiversité écologiquement correcte, acceptée et jardinée. L'intervention dans la nature dite "protégée" est un tel dogme, que laisser faire la nature semble désormais une utopie. Pourtant l'urgence n'est pas de conserver la nature du passé, en créant des milieux ouverts faciles à entretenir. Il faut penser la nature de demain, celle des friches et des milieux boisés spontanés qui ont tant à nous apprendre sur la dynamique naturelle, celle des milieux forestiers anciens, très menacés, qui se récréent difficilement car il leur faut du temps, ce que nous avons oublié ! En fait, ce n'est pas la nature qui est véritablement malade mais l'homme, atteint par son obsession de contrôle, qui fait de la nature sa victime. Il ne faudra donc pas soigner la nature mais guérir l'homme de sa maladie obsessionnelle qui envisage la nature comme un milieu hostile à dominer et non comme un monde à part entière à respecter.
Sommaire
- La nature des mots, les maux de la nature
- Histoires
- L'ère des contrôleurs en chef
- La sémiologie de la gestionite
- La gestion,... ou quand la protection rentre dans le rang
- Le syndrome BIMBY
- De protecteurs de la nature à "producteurs" de nature
- La gestion au coeur du sauvage
- Des résistances à la "gestionite"
- Un remède à la gestionite : laisser faire la nature
- Chroniques ordinaires : la forêt à bois et la nature trépasse
Anne Tesson
Ecologie au Quotidien
DIE, Rhône-Alpes, France
le Chastel 26150 DIE
Tel : 04 75 21 00 56
Courriel :
ecologieauquotidien@gmail.com
Site : http://ecologieauquotidien.blogspot.com/

Engins motorisés : délinquance en montagne

Montagne : Proposition de Loi catastrophique....
Le député UMP de Lozère, Saint-Léger, va essayer de faire passer en douce un projet de loi qui permettrait à TOUS LES VEHICULES TOUT TERRAIN DE circuler librement en zone de montagne. L'alerte est très sérieuse. Si cette proposition passe, l' impact sera terrible sur les milieux naturels et la faune de montagne (fréquentation et chasse). Objet : Circulation dans les espaces naturels. L’info ci-dessous extraite d’une veille de la Fédération des Parcs naturels régionaux me semble assez importante à diffuser de façon plus explicite. Je crains qu'elle ne passe un peu inaperçue. Pour en avoir parlé à quelques collègues (Parcs et ONF en particulier), il semble que mes craintes puissent se confirmer. La proposition de loi pourrait donc être acceptée presque par inadvertance par des députés mal informés des conséquences. Il me semble qu’il faut mobiliser là-dessus pour éviter le passage d’un texte qui serait véritablement catastrophique, ouvrant à terme toutes les voies, y compris les sentiers, à la circulation motorisée, ce qui est certainement le but visé. Si vous en doutez, notez que le député Saint-Léger appartient aux groupes de travails « Chasse et territoires » et « Deux-roues motorisés et non motorisés ».
Circulation des véhicules à moteur en montagne : réagissez à une proposition de modification de loi ! Francis SAINT LEGER, député UMP de Lozère, a déposé une proposition de loi concernant la circulation des véhicules à moteur en montagne, qui modifierait la loi en cours: « En territoire de montagne tel qu’il est défini par la loi n° 85-30 du 9 janvier 1985 relative au développement et à la protection de la montagne, toute voie praticable par des véhicules homologués pour une circulation routière et adaptés à ses caractéristiques est considérée comme carrossable et ouverte à la circulation. ». Pour en savoir plus : http://www.assemblee-nationale.fr/13/propositions/pion1919.asp
Vos réactions sont les bienvenues !
Pierre Frapa
Réserve de Biosphère -
Conseil Scientifique
tél : 04 90 04 42 23
fax : 04 90 04 81 15
Parc naturel régional du Luberon
60, place Jean Jaurès,
84400 Apt
Le trou du loup
26400 BEAUFORT-sur-GERVANNE
tel : 04 75 76 44 27
tel : 06 30 12 20 52

mardi 24 novembre 2009

Aix en Diois 26150 : Film sur la Palestine

L'Espace Social et Culturel du Diois vous invite à une rencontre- projection - débat intitulée "Un avion pour la paix".
Le jeudi 26 novembre 2009 à 20h
à la salle des fêtes de Pont de Quart
covoiturage possible à 19h45 au parking Meyrosse .
(Cliquer sur l'affiche permet de l' agrandir)
Marie-Thérèse Martinelli nous livre son témoignage de son voyage en Palestine et projette le film "Les yeux ouverts dans Jérusalem" de Abdelhamid Yassine, qui a été réalisé à cette occasion.
Marie-Thérèse Martinelli, ancienne Conseillère Municipale de Toulouse, militante associative, est partie avec une délégation de 108 élus (sénateurs, conseillers régionaux et généraux, maires…) de toute la France au Moyen-Orient du 10 au 15 avril 2009 pour promouvoir une paix juste et durable entre palestiniens et israëliens.
Le film sera suivi sera suivi d’une discussion débat sur la situation là-bas et sur quelle paix possible entre les deux peuples.
Le tout autour d'un thé à la menthe.
En espérant vous voir bientôt,
Gaëlle ROSCOET
Animatrice développement social local
Espace Social et Culturel de Die et du Diois
Place de l'évêché 26150 DIE
Tél: 04 75 22 20 45 /Fax: 04 75 22 08 26
gaelle.roscoet@escdd.fr
Je suis joignable plutôt les mardis et jeudis (sauf réunions ou imprévus).

Die et Crest : Formation Environnement au Greta Viva5

DEVELOPPEMENT DURABLE : FORMATIONS METIERS
Certificat de Compétence Ingénierie des Polices Environnementa
les
Objectifs :
- Comprendre les problématiques globales liées à l'environnement et avoir une lecture du paysage juridique français en matière de police environnementale,- Appréhender le développement des territoires à des échelles multiples et comprendre les pressions diverses exercées en milieu urbain ou rural,- Etre doté des outils nécessaires afin de prévenir ou réprimer les atteintes à l'environnement,- Savoir mettre en pratique les connaissances et compétences acquises à partir de cas réels.
Pré requis
Niveau bac + 2, en rapport avec le territoire et/ou expérience significative permettant une validation d’un niveau 3 de la VAE.
Public
- Acteurs des services de l’état concernés par le droit de l’environnement, élus locaux, cadres de collectivités territoriales, responsables d’entreprise et acteurs des associations, Demandeurs d’emplois jeunes et adultes ou personnes en reconversion ayant comme projet d’intégrer les nouveaux métiers liés aux polices de l’environnement.
Contenu et méthode pédagogique
Contenu- Des cours collectifs :- Initiation opérationnelle à l’environnement 40h (UEV 1),- Politique territoriale et urbanisme 40h (UEV 2),- Législation et réglementation des nuisances environnementales 40h (UEV 3),- Sociologie de l’environnement 30h (UEV 4),- Un atelier de conduite de projet et de mise en œuvre d’outils de communication 50h (HSE),- Un rapport d’activité ou de stage de 4 mois minimum et pouvant aller jusqu’à 10 mois.- Un projet tutoré.Méthode pédagogique240 heures de formation en cours collectifs, 60 heures de travaux accompagnés en mode projet.Les cours sont assurés par des intervenants du CNAM et consultants agréés par le GRETA et le CNAM.
Intervenants
Formateurs spécialisés et consultants agréés par le GRETA
Durée
Démarrage Janvier 2010.
Lieux
Crest
http://www.greta-viva5.org/site/formation.html
Responsable :

Mado JOUBERT
ZA Cocause

26150 Die
Tel : 04 75 22 14 08

fax :04 75 22 23 09
E-mail : contact.die@greta-viva5.org

Rue A. Dumont

26400 Crest
Tel : 04 75 76 74 60

fax :04 75 76 82 95
E-mail : contact.crest@greta-viva5.org
Secteur santé social
Rue Aristide Dumont
26400 Crest
Tel : 04 75 25 50 27

fax : 04 75 25 50 29

Frapna 26 : Campagne de réduction des déchets

La FRAPNA Drôme vous propose une action très simple et efficace pour la Semaine Européenne de la Réduction des Déchets, du 21 au 29 novembre prochain.
- Très simple : pour distribuer une centaine d’autocollants dans son entourage, il suffit de faire marcher le bouche à oreille auprès de ses différents contacts : voisinage, entreprise, école, association…
- Très efficace pour la réduction des déchets puisque 100 autocollants distribués et collés permettent d’éviter 3,5 tonnes de papier.
La FRAPNA Drôme fournit gratuitement un lot de 100 à 500 StoPub à ceux qui s’engageront sur l’action Boule de Neige pendant la semaine de la réduction des déchets. S’inscrire auprès de catherine.rolin@frapna.org .
Merci de transmettre cette information aux militants ou sympathisants intéressés, et grouper les demandes pour atteindre un lot de 100 à 500 stopub. Merci d’avance pour votre participation.
Catherine Rolin
FRAPNA Drôme
38 avenue de Verdun
26000 VALENCE
T. : 04 75 81 35 32 les lundi, mardi et jeudi
Consultez notre site :

http://www.frapna.org/drome

lundi 23 novembre 2009

Livron : Forum de l' Economie Sociale et Solidaire


4ème Forum de l’Economie Sociale et Solidaire en Val de Drôme
Les 27 et 28 novembre 2009
« Ensemble, partageons d’autres valeurs »
MJC Coluche - Livron-sur-Drôme
8 rue Couthiol
26250 Livron-sur-Drôme
Tel : 04 75 61 61 71
mjc.coluche@wanadoo.fr
« Depuis notre 1er Forum en 2003, nous sommes de plus en plus nombreux à être convaincus que la notion de richesse dépasse la question monétaire. Nous avons vu, chemin faisant avec vous, qu’elle englobait lien social, offre de services, création d’activité et qualité de l’emploi, engagement et coopération,… Ce sont ces valeurs que nous voulons approfondir avec vous sur ce territoire-école de la Vallée de la Drôme, reconnu Grand Projet Rhône Alpes. Ces valeurs qui sont aussi les fondements de l’Economie Sociale et Solidaire (ESS). Entre jeux coopératifs, ateliers et débats, expo et supports vidéo,… vous êtes tous invités, jeunes, élus, professionnels,… citoyens à venir les partager ! » évoque Véronique Schlotter, Vice Présidente de la Communauté de communes du Val de Drôme déléguée à l’Economie Sociale et Solidaire
Vendredi 27 novembre - MJC Livron-sur-Drôme
9h-9h30 Accueil
autour d’un café ou un thé
9h30-10h45 Ouverture
Comment construire un projet de développement local d’Economie Sociale et Solidaire (ESS) ? Quelles richesses pour les territoires ?
Avec Amélie Artis, enseignante et chercheuse à l’Institut d’Etudes Politiques de Grenoble
11h-12h30 Ateliers simultanés
1- Pour une Biovallée sociale et solidaire,
Quelle place et quelles propositions de l’ESS dans ce projet de territoire et de développement durable ? Avec Robert Arnaud, Vice Président de la CCVD et Didier Jouve, Vice-Président de la Région Rhône-Alpes
2. Précarité en milieu rural, quels moyens d’action ?
Quelles formes prennent la précarité et la pauvreté aujourd’hui ? Comment travailler ensemble pour une meilleure insertion des personnes ? Avec Emmanuelle Bonérandi, maître de conférence et administratrice à la MRIE (Mission Régionale d’Information sur l’Exclusion) et Carole Maray, responsable du collectif drômois pour l’insertion
3. Et si on épargnait local ?
Comment mettre son argent au service du territoire ? Quels intérêts pour les habitants et la collectivité ? Retours d’expériences sur les finances solidaires.
Avec Amélie Artis, enseignante et chercheuse à l’IEP de Grenoble
13h-14h15 : Repas sur réservation
14h30-16h30 : ateliers simultanés
1. Qualité de l’emploi dans la Vallée de la Drôme, où en sommes nous ? Quelles propositions ? A partir d’une enquête réalisée sur la Vallée, échangeons sur notre perception de l’emploi (qualité, évolution professionnelle, mobilité, création d’activité,…). Comment les structures de l’ESS peuvent répondre en partie aux questions soulevées ? Avec Mireille Bertaux, membre du CLD (Conseil Local de Développement) et Joëlle Maccioni, déléguée générale de l’INNEF (Institut National des Nouvelles Formes d’Emploi)
2. La valeur ajoutée d’un projet, comment l’intégrer, la mesurer, la valoriser ? Comment se saisir des outils d’évaluation en place pour réfléchir et construire son projet, faire évoluer ses pratiques ? Echanges autour de cas concrets. Avec Jean Duverger, chargé de mission développement durable à la région Rhône-Alpes et Alain Etienne de la Chambre Régionale de l’ESS
3. … et au gré de vos envies un atelier sur un thème ouvert à vos propositions !
17h-18h Rendez-vous dans les stands un verre à la main
18h-20h : Partager
d’autres valeurs, ca veut dire quoi ?
- Parce que le PIB (Produit Intérieur Brut) ne compte pas tout, réfléchissons à d’autres indicateurs de richesse.
- Au cours d’une émission de radio en public, venez échanger sur ce qui est essentiel à votre quotidien et votre avenir.
- Avec Aurélien Boutaud, consultant et membre du collectif FAIR (Forum pour d’Autres Indicateurs de Richesse), co-auteur de l’ « empreinte écologique »
Samedi 28/11/09 - MJC Livron-sur-Drôme
9h-9h30 Accueil autour d’un café ou un thé
9h30-10h Ouverture – La richesse dans tous ses états. Avec la Compagnie La Tribouille
10h-11h30 : Ateliers simultanés
1. Et si on jouait ?
L’occasion de découvrir en s’amusant des alternatives pour notre vie quotidienne, devenir incollable sur l’Economie Sociale et Solidaire en coopérant. Deux jeux proposés par la MJC de Livron et l’OCCE (Office Central de Coopération à l’Ecole)
2. Qu’en disent les jeunes ?
A partir de supports radio et vidéo, venez décrypter le regard des jeunes sur notre société, échanger et partager sur ce qui fait la richesse de notre territoire ! Avec Doris Buttignol, administratrice de la couverture vivante / transfo-mateurs
3. Et si on épargnait local ?
Comment mettre son argent au service du territoire ? Quels intérêts pour les habitants et la collectivité ? Retours d’expériences sur les finances solidaires.
Avec Nicolas Guingand, responsable de l’ECIDEC association de microcrédit membre de Finansol
11h45-13h : Théâtre Forum
Avec l’Atelier du Déclic, des comédiens amateurs du Val de Drôme et de l’Ardèche et la participation du public !
13h Clôture et perspectives
Rendez-vous dans les stands
- Sur les deux jours du Forum trois pôles-info animés par les partenaires de l’ESS pour découvrir, s’informer et échanger
- Travailler et entreprendre autrement (URSCOP, Aider, Solstice, Quint’essence) - Financement, accompagnement et consolidation d’activités (Conseil Régional, CRESS, Crédit coopératif, MACIF, Finansol)
- Initiatives solidaires et citoyennes (la couverture vivante, liaisons com’bus, MJC, radio associatives, vieillir au village)
… et une boîte à sons et à images pour écouter, voir, réagir aux témoignages des jeunes autour d’auto-portraits, d’émissions radio ou de vidéos.
- Et le temps d’une pause, lors de ces deux journées de Forum, avec le café citoyen l’Arrêt Public autour de produits locaux, bio ou équitables.
Agnès Bonnin
ABONNIN@val-de-drome.com
Le Service Economie Sociale et Solidaire
Communauté de Communes du Val de Drôme
Rue Henri Barbusse - BP 331 - 26402 CREST cedex
Tel : 04 75 25 43 82 - Fax : 04 75 25 44 96
www.valdedrome.com
04 75 25 43 82

dimanche 22 novembre 2009

Art Martial

La pratique d’Arts Martiaux vous intéresse ?

Il existe dans le Diois différents clubs pratiquant des disciplines plus rares que le judo ou le karaté. Vous pouvez pratiquer l’Aïkido et le Zen Huang Do mais aussi le KYUDO, tir à l’arc traditionnel japonais.

En mars 2008 s’est créé une Association loi 1901 ayant pour titre : Kyudo Dojo Sud Est dont l’objet est la pratique et la promotion de la voie de l’arc traditionnel.

Les pratiquants se réunissent en stage le week-end une fois par mois, les dates sont disponibles sur le site http://web.mac.com/denimop/Kyudo-Dojo-Sud-Est/Agenda.html

des initiations sont proposés au printemps et à l’automne et les pratiquants peuvent travailler tous les jeudi soir au gymnase de Aouste sur Sye.

Cette association fait parti de l’école Heki Ryu Bishu Chikurin-ha qui met l'accent sur la nécessité de ne pas préparer son tir, ou plus exactement de ne pas le calculer. Pour elle, le fait d'atteindre ou non la cible est sans importance. Le but visé est l'action pure qui n'est pas entravée par les intentions de l'ego.

Au Japon, l'art des archers était reconnu comme la plus haute discipline des guerriers samouraïs. Puis, sous l'influence du Bouddhisme Zen, il devint le kyudo, la voie de l'arc une méthode de contemplation puissante et raffinée.

Le kyudo est une pratique de méditation qui permet de synchroniser le corps et l'esprit et de purifier le cœur. La pratique débute par l'apprentissage des « sept coordinations » du kyudo qui permet de synchroniser l'arc et la flèche, d'apprendre la technique, l'attention et la posture justes, Puis lorsque l'élève est prêt, il fait son premier tir.

La cible se révèle être un miroir permettant au pratiquant de voir son esprit clairement.

Suzuki, l'un des derniers grands maîtres du Kyudô expliquait : " Pour lâcher votre coup, ne pensez pas à ce que vous avez à faire, apprenez à bien attendre et pour cela, libérez-vous de vous-même. Laissez derrière vous tout ce que vous êtes, tout ce que vous avez, de sorte que de vous il ne reste plus rien que la tension sans aucun but. Regardez la feuille de bambou, sous le poids de la neige

elle se courbe de plus en plus bas, la charge de neige dégringole soudain sans que pour cela la feuille ait bougé. Restez comme elle, au maximum de la tension, jusqu'à ce que le coup parte, car lorsque la tension est au maximum, il FAUT que le coup parte ; il faut que votre tir se détache de vous comme la neige de la feuille de bambou. " On ne peut mieux décrire l'action pure et l'état d'esprit dans lequel elle peut s'actualiser.

Photographies : Denis Mauplot. photo centrale : Kanjuro Shibata Seinseï XXI maitre de l'école Heki Ryu Bishu Chikurin-ha et facteur d'Arc de l'empereur du Japon.

Contacts

pour la Drôme : mail : Kyudo Dojo Sud Est

site Internet : http://web.mac.com/denimop/Kyudo-Dojo-Sud-Est/

fixe : 04 75 21 88 27 - mobile : 06 75 03 74 83

Pour les jeudis : mobile : 06 75 53 86 01

Vercheny : Plaidoyer pour les Terres Fertiles en 2010

Terres fertiles ou urbanisables et spéculatives ?
L’appétit des promoteurs et des aménageurs a une conséquence : la disparition des terres agricoles en Rhône-Alpes. Le « Collectif des terres fertiles » se mobilise dans La Biovallée pour sauver ce qui peut l’être encore...
« La première cible pour les aménageurs et les promoteurs, ce sont les terres agricoles : elles sont faciles d’accès, plates, sans rochers donc d’un moindre coût si l’on souhaite y construire. » Annick Paoli est à la fois porte-parole de l’association « Ecologie au Quotidien » dans la Drôme et du « Collectif des Terres Fertiles de la Biovallée » . Ce dernier regroupe des agriculteurs, des associations comme le CLD de la Vallée de Drôme, CLD du Pays Diois, Ecologie au Quotidien, Terre de Liens Rhône-Alpes, la Fondation R. ARDOUVIN, l’Arrêt Public, Le CFPPA du Diois, Ligue des Droits de L’Homme, Alliance Paysans Ecologistes Consommateurs Drôme, Mouvement de culture en Biodynamie, des chercheurs. Il s’est fixé une mission : « convaincre les élus, les décideurs publics et les habitants de la Biovallée, de la nécessité de protéger les terres agricoles ». Et il y a du travail !
Tous les élus du territoire se disent aujourd’hui déterminés à agir. Mais les terres fertiles sont toujours menacées par l’appétit des bétonneurs. Tous les mois dans le journal agricole de la Drôme ou l’Isère, des sociétés immobilières publient des annonces indiquant qu’elles recherchent des domaines à acheter. « Elles les revendent ensuite à des investisseurs pour ou la spéculation ou la confiscation tandis que quantité de jeunes et moins jeunes cherchent du foncier pour s’installer au Pays » explique Claude Veyret de l’ Association Alliance Paysans-Consommateurs-Ecologistes de la Drôme. « Ces terres hébergent souvent de gros bâtiments. Ce genre de ventes participe à l’augmentation du prix du foncier. » Difficile pour les agriculteurs de résister à pareille pression...
Avec la saturation de la Vallée du Rhône, la « peri-urbanisation » progressive de la Vallée de la Drôme et du haut Diois, le prix des terres agricoles se rapproche de plus en plus de celui des terrains constructibles depuis la construction de la Gare TGV d'Alixan. « Même la friche devient spéculative. Les gens ne louent plus aux paysans. Ils espèrent que leur terre va devenir constructible et réaliser ainsi une forte plus-value », poursuit le responsable associatif. Dans ce contexte, l’installation des jeunes est extrêmement problématique. « J’ai essayé de trouver un terrain pour un maraîcher, raconte encore Mr Veyret. A Saillans, un propriétaire demandait 1 000 euros par mois pour un bout de terre inconstructible. Le prix du loyer d’une belle maison...avec terrain ! »
Le Collectif des Terres Fertiles cible les élus, « les principaux responsables » de la situation car les seuls à pouvoir réguler les tendances du marché. Le Conseil Régional a signé le protocole de la Biovallée stipulant la préservation des terres agricoles devant impliquer la Chambre d’agriculture, la Direction départementale de l’équipement, les communes... Passer de la théorie à la pratique est moins facile. A Eurre, les Conseillers Généraux (Jean Serret, Alain Matheron et François Pegon ) ont donné un avis positif sur le nouveau Protocole de la Biovallée prévoyant un mécanisme de « compensation » : des terres agricoles sont rendues constructibles et d’autres terrains sont classés en zone agricole ( PIAF), « On voit mal comment trouver aujourd’hui dans la Drôme de nouvelles terres non cultivées ayant une bonne valeur agronomique, d'ou l'obligation de les préserver comme un Bien Commun » évoque Mme Paoli.
Des outils existent pour calmer les ardeurs des aménageurs. Les schémas de cohérence territoriale (Scot) et leur arsenal juridique peuvent encadrer les fameux PLU des communes, eux-mêmes très protecteurs si les maires le souhaitent. Nombreux continuent souvent d’urbaniser leur territoire sans attendre qu’un Scot soit établi et sans se soucier du sort des agriculteurs... Le « Collectif des Terres Fertiles » est ainsi intervenu à Saillans et à Die, pour soutenir des paysans menacés par une révision du PLU. Et interviendra à Vercheny pour la journée de la terre « Plaidoyer pour la terre » ce Dimanche 25 avril 2010. Les bétonnières ont vite fait de tourner...
Contacts du collectif d'organisation des Terres Fertiles:
Simone Bacquet, CCFD de la Drôme:
04 75 25 14 62
Claude Veyret, CLD du Diois:
veyret.claude@wanadoo.fr
Stéphane Cozon, mouvement de biodynamie: lafermedebaumerousse@gmail.com
Marie Le Roy, Terre de liens Rhône-Alpes: m.leroy@terredeliens.org Tel : 09 70 20 31 04

Die 26150 : préserver les arbres morts

Rendez vous les 21 et 22 novembre pour le Week-end
" Aux arbres, citoyens !"
Le Week-end "Aux arbres, citoyens !" c’ est maintenant … Il aura lieu ces 21 et 22 novembre,
dans toute la France, dans le reste de l’Europe et en Afrique.
Organisée pour la troisième année consécutive par la LPO (Ligue pour la Protection des Oiseaux) et la FCPN (Fédération des clubs Connaître et Protéger la Nature), cette grande fête de l’arbre sera l’occasion pour le grand public de redécouvrir l’importance des arbres pour la biodiversité. À l’honneur cette année : "les arbres à cavité", ces arbres creux ou morts, abris uniques qui offrent le gîte à de nombreuses espèces d’oiseaux (pics vert et épeiche, sittelle torchepot, grimpereau des jardins…), de petits mammifères (chauvessouris, martre, fouine, loir, lérot...) d’insectes (cloporte, lucane cerfvolant), d’amphibiens, de végétaux (mousses, lichens, gui) ou de champignons.
Au programme : des sorties de terrain, des ateliers, des conférences, des bourses d’échanges, des contes, des expositions, des plantations d’arbres… Pour trouver une animation près de chez vous, rien de plus simple : il suffit de consulter les sites Internet de la LPO (www.lpo.fr) et de la FCPN (www.fcpn.org) pour y trouver toutes les animations répertoriées par département, le site le plus proche de votre domicile, ainsi que les coordonnées de chaque organisateur local.
Plus d’informations . Dossier de presse disponible sur les sites Internet de la LPO, Gilbert David
13, Bd Adolphe Ferrier
26150 Die
et de la FCPN.
http://www.lpo.fr/comm/2009/LPO-WeekendAuxarbresCitoyens2009.shtml
LPO
Claire LUX
Attachée de presse LPO
06 34 12 50 69 / 01 42 73 56 10
Céline GAGEAT
Coordinatrice Éducation à l’Environnement LPO
05 46 82 12 85
celine.gageat@lpo.fr
FCPN
Laëtitia GARLANTÉZEC
Chargée de campagne FCPN
03 24 30 29 35
educ@fcpn.org

samedi 21 novembre 2009

Destructions sociales et culturelles

Perdre, re-perdre et perdre encore ?
Depuis vingt ans, nous perdons.

Nous, c’est-à-dire ? La liste est interminable. Un catalogue à la Prévert à vrai dire, qui n’épargne personne : les salariés, les chômeurs, les petites retraites, les enseignants, les fonctionnaires, les étudiants, les chercheurs, les immigrés, le mouvement social, les magistrats, les jeunes qui arrivent sur le marché du travail, les femmes en CDD, toujours plus, les patients de moins en moins remboursés, l’Hôpital public… Moins de pouvoir d’achat et l’emploi précaire comme forme normale d’emploi. Des cadeaux fiscaux indécents pour ceux qui n’en ont pas besoin, et moins de professeurs, moins de fonction publique hospitalière, moins de remboursements des frais médicaux, moins d’allocations chômage pour un chômage en croissance exponentielle…L’impunité pour les financiers, l’impunité pour les patrons qui licencient et délocalisent, des bonus exorbitants pour services rendus aux actionnaires, et les « Contis » au tribunal, les juges d’instruction bientôt supprimés, des fichiers policiers renforcés, la vidéosurveillance généralisée, le droit du travail réduit ou contourné.
Les services publics assuraient un minimum d’égalité. Les uns après les autres, les voici démantelés. Maintenant, c’est La Poste qu’on privatise. Devant l’urgence sociale, au bal des « egos » qui règle la danse d’une gauche de plus en plus à droite, les primaires semblent la seule préoccupation qui vaille ! Plus une autre : s’allier au Modem !
Jusqu’à quand ? C’est simple : tant que nous laisserons faire ! Tant qu’ensemble nous ne porterons pas, jusqu’au bout, des causes communes.
Nous l’avons fait, unis : pour dire « non », par référendum, à l’Europe libérale. Nous proposons de recommencer. Sans attendre, sur un cas. Simple. Emblématique. Parce que dans ce pays, « travailler tue encore en toute impunité ». Et les entreprises qui causent accidents du travail et maladies professionnelles ne sont pénalement pas sanctionnées, ou si peu, quand des vies sont détruites.
Ce n’est qu’un cas. Insuffisant. C’est vrai. Sauf pour ceux qui voient leur vie brisée au travail, puis méprisée devant les tribunaux.
Cette campagne est immédiatement réalisable. Mais il faut - et le plus vite possible - monter beaucoup d’autres campagnes. Ensemble ! Pour qu’enfin, nous cessions de perdre. De perdre quoi ? Ce que les luttes du passé avaient conquis comme droits. Rien d’autre qu’une civilisation.
Caroline Mécary, présidente de la Fondation Copernic, avocate au barreau de Paris,(photo).
Caroline Mécary est avocate au barreau de Paris depuis 1991. Elle est l'auteur de nombreux ouvrages juridiques et rédige régulièrement des articles publiés dans les revues spécialisées de droit, tout comme elle publie régulièrement des tribunes dans la presse. Elle a été élue par ses pairs, au suffrage universel direct, membre du Conseil de l'ordre des avocats du barreau de Paris, où elle a siégé de 2005 à 2007
En février 2009, elle a été élue à la suite de Roger Martelli et Anne Le Strat, présidente de la Fondation Copernic, think tank de gauche.
Elle est membre du syndicat des avocats de France (SAF) depuis 1991.
Parallèlement, elle anime le réseau avocat du Réseau d'aide aux victimes d'agression et de discrimination (R.A.V.A.D), association qui fédère de nombreuses associations de lutte LGBT en France. Elle est aussi membre du réseau européen de lutte contre les discriminations (ESCOL).

Occupation du Pôle de traçabilité de Valence

Tous Moutons,Tous puçés ...
Pourquoi nous occupons le Pôle Traçabilité de Valence ?
Ce jour, samedi 21 novembre (14 heures), les membres de la Confédération Paysanne de la Drôme, Pièces et Main d'Oeuvre et nos amis, occupent les locaux du Pôle Traçabilité de Valence, Centre de Référence National pour la promotion des puces RFID (Radio Frequency Identification).
Nous voulons alerter tout un chacun sur les dangers de cette technologie et sur ce nouveau progrès vers un monde totalitaire:
-Puçage électronique obligatoire pour les animaux d’élevage (ovin et caprin à partir de juillet 2010).
-Dissémination généralisée de puces et de capteurs miniaturisés dans l’environnement urbain, rural, domestique, «naturel».
-Traçabilité totale de tout et de tous grâce aux mouchards électroniques implantés partout. Gestion des données y compris personnelles par un système centralisé et opaque.
-Puçage des humains déjà à l’œuvre en Australie, aux Etats-Unis, en Amérique Latine, en Asie, etc.
-Profilage de chacun via ses données personnelles pour mieux « cibler « le consommateur et l’électeur avec des publicités sur mesure.
Les puces RFID constituent le nouveau grand marché de l’industrie électronique (après le téléphone portable), qui s’entend avec les décideurs politiques pour nous imposer ce nouveau maillon de la tyrannie technologique.
Des éleveurs refusent cette nouvelle oppression de l’agriculture industrielle et en appellent au soutien de la population.
Aujourd’hui les moutons, demain les hommes.
Cette occupation a lieu alors que le gouvernement mène une campagne nationale d’acceptabilité des nanotechnologies (dont les puces RFID constituent une des applications), via la Commission Nationale du Débat Public et ses réunions dans toute la France.
L’activité du Pôle Traçabilité comme l’obligation de puçage des animaux, prouvent que le nanomonde et ses RFID nous sont d’ores et déjà imposés quels que soient les faux débats et les simulacres de «démocratie participative».
Biométrie
La biométrie couvre toutes les techniques d'identification de la personne humaine : Les techniques anatomiques se basant sur des critères immuables : Empreinte digitale. Empreinte palmaire. Iris
Reconnaissance faciale. Adn. Les techniques par apprentissage qui se basent sur des critères fragiles et soumis à la variabilité dans le temps : Voix. Frappe clavier. Le marché français se répartit de la manière suivante : Empreinte digitale 48%. Morphologie faciale
12%. Empreinte palmaire 11%. Iris 9%. Reconnaissance vocale 6%... La fiabilité d'un système de reconnaissance biométrique va se déterminer en fonction des taux d'erreurs (fausse comparaison, non-reconnaissance) qui, pour un même système, peuvent être variables selon les populations concernées. Les systèmes de Biométrie sous de beaux discours de traçabilité sont un système de flicage de la population et d’atteinte aux libertés fondamentales à terme.
Confédération Paysanne de la Drome
62, avenue Jean Rabot
26400 CREST
drome@confederationpaysanne.fr
T: 04 75 25 21 72
Fax : 04 75 25 36 06

Pièces et Main d’Oeuvre
Chez Les Bas-Côtés
59, rue Nicolas Chorier
38000 GRENOBLE
www.piecesetmaindoeuvre.com
www.nanomonde.org
contact : contact.pmo@free.fr
Pour en savoir plus:
De Pièces et Main d’œuvre (Ed.L’Echappée,2008)
-Aujourd’hui le nanomonde - Nanotechnologies,un projet de société totalitaire
-RFID: La police totale - Puces intelligentes et mouchardage électronique

Péril climatique : Appel avant Copenhague


L'ultimatum climatique, l'appel pour la conférence de Copenhague
Monsieur le Président,
Au mois de décembre de cette année se tiendra à Copenhague le Sommet de l’ONU sur le climat. Confrontés au péril climatique, les dirigeants du monde entier devront parvenir à surmonter leurs divergences d’intérêts de court terme pour se rassembler autour d’un projet politique mondial fondé sur un constat scientifique objectif et ainsi donner une suite au protocole de Kyoto qui soit à la hauteur des enjeux que nous allons devoir tous ensemble affronter dans les décennies à venir. Le résultat de cette conférence dessinera l’avenir climatique de l’humanité. Or comme le rappelait il y a un an le secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-Moon, « nous sommes au bord d’une catastrophe si nous n’agissons pas ».
- Acteurs reconnus de la protection de l’environnement, des droits humains et de la solidarité internationale, conscients des responsabilités qui sont les nôtres, nous avons décidé pour la première fois de parler d’une seule voix pour vous exprimer publiquement notre préoccupation et vous appeler à agir avec ambition et détermination lors de la Conférence de Copenhague. Au regard de l’ultimatum climatique auquel l’humanité est confrontée aujourd’hui, Monsieur le Président, vous aurez rendez-vous avec l’Histoire en décembre 2009.
- Le réchauffement du système climatique est sans équivoque. L’activité humaine en est la cause. Ses impacts se font déjà ressentir en différents points du globe, notamment par la multiplication des catastrophes climatiques. Si nous n’agissons pas maintenant, ils seront sans aucun doute encore plus dévastateurs. C’est le constat sans appel de 2 500 scientifiques du monde entier qui ont reçu collectivement le Prix Nobel de la Paix en 2007 pour leurs travaux sur le phénomène des changements climatiques. Depuis, de nouveaux éléments scientifiques montrent, chaque jour, que le climat se dérègle au-delà des prévisions les plus pessimistes, avec des conséquences bien plus précoces que prévues et d’ores et déjà visibles.
- S’il est encore difficile d’évaluer avec précision l’amplitude des impacts, le danger est en revanche déjà certain. Ecosystèmes ravagés, variabilité climatique extrême, hausse du niveau des océans… : les premières victimes de ces catastrophes en chaîne sont les populations déjà vulnérables en Afrique subsaharienne, en Asie centrale, du Sud Est ou dans de nombreux pays insulaires. La sécurité alimentaire, l’accès à l’eau ou à la terre sont gravement menacés et des centaines de millions de personnes risquent d’être poussées à l’exode, grossissant les rangs de ceux que l’on nomme les « réfugiés climatiques ». Dans un monde de crises, nous craignons que la guerre, l’autoritarisme, les inégalités, la misère et la souffrance humaine prennent encore un peu plus le pas sur la paix, la dignité humaine et la démocratie.
- L’urgence climatique nous commande donc d’agir à la hauteur des périls qui sont devant nous. Nous maîtrisons déjà la plupart des technologies nécessaires pour relever le défi d’un mode de développement qui intègrerait à sa juste mesure l’impératif climatique. De plus, cette rupture avec un modèle de développement hérité d’un passé révolu recèle des opportunités d’économies, d’emplois et d’innovations considérables. Encore faut-il que nous prenions la décision politique de le faire.
- Tout d’abord, il faut impérativement parvenir à stopper la croissance des émissions mondiales de gaz à effet de serre d’ici à 2015 avant de les faire décroitre. C’est la seule voie pour limiter le réchauffement des températures bien en-dessous de 2°C, seuil au-delà duquel la capacité à s’adapter de nos sociétés et des écosystèmes est menacée. Pour ce faire, Les pays industrialisés, dont la France, doivent s’engager collectivement à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre d’au moins 40% d’ici à 2020 par rapport à 1990.
- Mais cela ne sera pas suffisant. Les pays en développement doivent, eux aussi, mettre en place les politiques industrielles, énergétiques et agricoles qui limiteront la croissance de leurs émissions avant de les réduire, sans compromettre leur légitime aspiration au développement économique et social. L’accord de Copenhague devra permettre à ces pays d’évoluer vers des modèles sobres en carbone. Il devra aussi leur permettre de s’adapter aux conséquences inévitables du changement climatique.
- Pour nombre d’entre eux, en particulier les plus vulnérables, ces actions ne pourront se faire sans le soutien financier et technique des pays industrialisés. Les besoins d’ici à 2020 sont évalués à plus de 100 milliards d’euros par an. C’est moins de 10% des dépenses militaires mondiales.- Responsables de la majorité des émissions de gaz à effet de serre aujourd’hui dans l’atmosphère, munis de capacités d’action plus fortes, les pays industrialisés portent la responsabilité morale, légale et économique de mener le combat contre le dérèglement du climat. Monsieur le Président, vous vous devez de prendre la tête de ce combat qui est sans aucun doute l’enjeu de ce siècle. Notre avenir commun dépendra dans deux cents jours des choix politiques qui seront faits.
Serge Orru, WWF-France;
Pascal Husting, Greenpeace France;
François Danel, Action contre la Faim;
Olivier Braunsteffer, Care France;
Souhayr Belhassen, FIDH;
Nicolas Hulot, Fondation Nicolas Hulot;
Anne Bringault, Les amis de la terre;
Michel Bruguière, Médecins du Monde;
Luc Lamprière, Oxfam France Agir Ici;
Sandrine Mathy, Réseau Action Climat;
Michel Roy, Secours Catholique
www.copenhague-2009.com
Anne Tesson
Ecologie au Quotidien
DIE, Rhône-Alpes, France
le Chastel 26150 DIE
Tel : 04 75 21 00 56
Courriel :
ecologieauquotidien@gmail.com
Site : http://ecologieauquotidien.blogspot.com/

Walter ou Retour en résistance au Cinéma à Crest

"Walter, retour en résistance"
Je suis tombé sur la bande-annonce de "Walter, retour en résistance" et vais aller voir ce film engagé qui me parait valoir le coup.
1h26mn‎‎ - Documentaire‎
A travers l'histoire de Walter, ancien résistant, ancien déporté haut-savoyard et sur fond de politique actuelle, une question se pose tout au long du film : "Qu'avons-nous fait des idéaux du Conseil national de la Résistance ?"
Raymond AUBRAC, ancien résistant, ex-préfet de région :
"C'est un film magnifique, une leçon de civisme, d’humanisme et de courage. Un élan d'optimisme."
Stéphane HESSEL, ancien résistant, ancien déporté, co rédacteur de la charte universelle des droits de l’homme, ancien ambassadeur de France : "Il faut absolument défendre les valeurs fondamentales, et c’est là qu’un portrait comme celui de Walter Bassan est un merveilleux exemple de ce contre quoi il faut résister aujourd’hui."
"Ce film est une bouffée d'oxygène, chapeau bas à Walter BASSAN, Stéphane HESSEL, John BERGER, Constant PAISANT et au réalisateur. Vivent les courages passés, présents et futurs qui vous animent, vive la Fraternité, le Partage, la Sécu pour tous, les Retraites par répartition et la Presse libre !"
Aujourd’hui Walter Bassan a 82 ans. Il vit avec sa femme en Haute-savoie, et mène une vie pour le moins active. D’écoles en manifestations, de discours engagés en témoignages de la guerre, Walter continue son long combat, fait de petites batailles, contre toutes les formes de démagogies, d’injustices et d’oppressions. De même que lorsqu’il avait 18 ans, et qu’il « jouait » comme il dit, à distribuer des tracts anti-fascistes dans les rues commerçantes d’Annecy alors occupée, Walter agit en écoutant son cœur. « Je n’ai pas changé », comme il se plait à rappeler.
Partageant ces mêmes « raisons du cœur », Gilles Perret réalise ici un portrait vivant de cet homme calme et insurgé. Nous sommes invités à les suivre en passant du Plateau des Glières à Dachau, à faire des retours en arrière pour mieux comprendre l’Histoire, à partager leurs inquiétudes face à un monde où l’inégalité et l’injustice gagnent sans cesse du terrain, à poser les questions qui fâchent...
Sans prétention, et avec la même simplicité et constance que Walter, ce documentaire révèle l’actualité, l’importance, et la nécessité, d’une résistance au quotidien.
Il y a une projection unique à Crest lundi 30 novembre à 20h30 en présence du réalisateur, suivi d'une discussion ouverte.
Vous trouverez plus d'infos et d'images sur :
http://www.walterretourenresistance.com/lefilm.html
Peut-être à lundi,
Mehdi Naïli
La Beaumette - Quartier des Blaches
F-26400 CREST
mehdinaili@gmail.com

Barnave 26310 : Concert avec Yliria

YLIRIA chante...
vendredi 11 décembre,
à l'Aubergerie Dîner-Spectacle à 20h
YLIRIA en concert En partenariat avec l'OFFICE DE TOURISME DE LUC EN DIOIS (Buffet à volonté Chansons en toutes discrétions! 18€ ttc (hors boissons).
L' Aubergerie,
LeVillage,
26310 Barnave
Réservation : laubergerie@wanadoo.fr
ou, à partir du 6 décembre :
tél: 04 75 21 82 13

Revue Hommes et libertés

Le hors-série d'Hommes & Libertés
"Femmes, hommes, libertés ;
La Convention pour l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes (Cedaw) a 30 ans" (automne 2009). Excellante fournée.
SOMMAIRE
Les discriminations sexistes au ban du droit internationalJean-Pierre Dubois
La Cedaw : trente ans après son adoption, un instrument trop ignoréFrançoise Gaspard
Agir pour une égalité sans réserve dans les pays arabesRabéa Naciri
Cedaw et politique française de lutte contre la traite des êtres humains : une improbable union ?Isabelle Denise
Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes (Cedaw)Texte de la Convention
Protocole facultatif à la CedawTexte du Protocole
Où en est la Cedaw dans le monde ?Nicole Savy
La LDH fête les 30 ans de la Cedaw, le dimanche 13 décembre, à Créteil
Ligue des Droits de l’Homme du Diois.
Chastel et Bassette
26150 Die
ldhrhonealpes@aol.com
http://www.ldh-france.org/
Mireille Bertho
Déléguée Régionale Rhône-Alpes
de la Ligue des Droits de l'Homme.
LDHrhonealpes@aol.com
06 82 52 29 01
ou 04 79 28 21 20
mail : LDHrhonealpes@aol.com

vendredi 20 novembre 2009

Terre de liens installe des paysans

Terre de liens lance sa deuxième campagne de collecte .
Développer une agriculture locale et respectueuse de l'environnement, c'est l'affaire de tous ! Aujourd'hui, il est possible d'utiliser son argent pour installer des paysans pratiquant une agriculture bio, biodynamique ou paysanne. Suite au succès inattendu de la première campagne en 2008, Terre de liens et ses trois structures (association, foncière et fonds) lancent une campagne d'appel à adhésion, à épargne et à dons qui permettra l'accompagnement de projets et l'acquisition de fermes pour l'installation et le maintien de paysans.
En 2008, la Foncière Terre de liens devenait la première structure en France à offrir la possibilité aux citoyens d'épargner pour acquérir des terres et installer des paysans.
Aujourd'hui, Terre de liens va plus loin en créant une nouvelle structure, le Fonds Terre de liens, reconnu d'intérêt général et habilité à recevoir des dons de fermes et d'argent. Son objectif : sortir les terres agricoles du marché pour assurer le maintien de leur vocation première sur le très long terme. Des propriétaires ont déjà émis le souhait de donner leur ferme au Fonds Terre de liens : 8 fermes sont en cours de donation et seront ainsi préservées à vie. La Foncière Terre de liens poursuit aussi sa collecte d'épargne avec un objectif de collecte de 6 millions d'euros pour l'année qui vient.
Avec votre épargne et vos dons, nous installons des agriculteurs
Terre de liens répond à une forte attente sociétale : des citoyens sont prêts à s'engager ensemble pour préserver les terres agricoles en milieux rural et périurbain, les maintenir dans leur vocation agricole et les cultiver dans le respect de l'environnement.
Le foncier agricole est en effet soumis à des spéculations de tous ordres. Les agriculteurs qui souhaitent s'installer et pratiquer une agriculture locale de qualité se trouvent trop souvent confrontés à l'impossibilité d'accéder au foncier. Pourtant, il existe une solution : l'accès solidaire au foncier que défend Terre de liens et qui libère les paysans du poids de l'acquisition de la terre. En soutenant Terre de liens par l'épargne, le don ou en adhérant, les citoyens facilitent l'accès au foncier des paysans et permettent des approvisionnements locaux en produits bio, tout en bénéficiant de réductions fiscales.
En octobre 2008, la Foncière Terre de liens, société d'investissement solidaire, lançait son premier appel public à l'épargne. Un an plus tard, plus de 3500 actionnaires l'ont rejointe et contribuent, à hauteur de 7,5 millions d'euros, au succès de cette initiative. Aujourd'hui, grâce à eux, 20 fermes ont été acquises, 21 autres sont en cours d'acquisition et 50 paysans ont été installés ou maintenus dans leur activité.
Marie Leroy
marieleroy.mail@gmail.com
10, rue Archinard
26400
Crest
Porteurs de projet, candidats à l'installation agri-rurale épargnants solidaires
Téléphone : 04 75 59 69 35
ou information sur la campagne : 09 70 20 31 09 (coût d'un appel local)
Email :
rhone-alpes@terredeliens.org
Site Web : http://www.terredeliens.org

Die 26150 : Contes au restaurant Tchaï-Walla

Spectacle à Die Cabricanto avec Franswaz Rochette et Pierre David
Je profite de la présentation à Die de mon nouveau spectacle pour prendre un premier contact.
Je suis donc conteuse, à Crest et vis et travaille dans un esprit proche de la simplicité volontaire, du moins à mon niveau.
Au plaisir de vous rencontrer,
Franswaz Rochette
CABRICANTO :
le 21 à la galerie Courre Commère, Crest, 20h30
le 24 au Tchaï Walla, Die, 20h (possibilité de restauration à partir de 19h)
le 28 à Montguers, (près de Nyons) dans le cadre du festival Contes et rencontres, 20h30
Franswaz Rochette
Tel : 04 7526 17 15
Cie Double un
doubleun@wanadoo.fr

Luc en Diois 26310 : Théatre avec la Cie Biodégradable

« La Cantatrice Chauve » d’Eugène Ionesco
à Luc en Diois, Salles des Voconces le 20 novembre 2009
« La Cantatrice Chauve » a été jouée par la compagnie biodégradable au théâtre « les Aires » à Die le 18 juillet et le 7 septembre 2009 avec le soutien de la mairie de Die. La prochaine date est le 20 novembre 2009 à Luc en Diois.
Les deux premières représentations ont été très appréciées, comblant un public de petits et de grands.
La compagnie Biodégradable, compagnie de théâtre amateur basée à Die, n’en n’est pas à son premier essai puisse qu’elle est née en 2002 pour la création de la pièce d’Yves Garic « une ferme en trop »,qui s’est joué dans le cadre de la semaine de l’écologie et des Fermades. Puis d’autres pièces ont été jouées. On peut ainsi citer des textes de Obaldia (poivre de Cayenne, le défunt), d’Éric Emmanuel Smith (le visiteur), une création sur la télé réalité (tronche de vie), des spectacles d’improvisations (Les Cures Têtes).
Aujourd’hui Laurent Ruppert s’attaque en tant que metteur en scène à une pièce la plus joué au monde « la Cantatrice Chauve » d’Eugène Ionesco, une pièce pour six comédiens. Celle-ci date de 1950, première pièce de Ionesco établissant une certaine rupture entre un théâtre traditionnel et une aventure ou l’imagination n’a plus de limite, un théâtre de l’absurde ou les personnages se comprennent à demi mot dans un l’univers quotidien…, ou ne se comprennent pas.
Que pourrait montrer cette pièce soixante ans après sa création ?
Tout d’abord elle révèle la grande difficulté que l’on a de se comprendre malgré l’étendu des moyens de communication actuelle et puis encore et toujours le caractère factice des habitudes sociales.
La mise en scène de Laurent Ruppert, sobre, met en lumière les relations particulières à l’intérieur des couples présent sur scène, sur les renversements de situations de domination donnant presque un caractère sensuel aux relations sociales.
La genèse de la pièce
L'idée de la pièce est venue à Ionesco lorsqu'il a essayé d'apprendre l'anglais par le biais de la méthode Assimil. Frappé par la teneur des dialogues, à la fois très sobres et étranges mais aussi par l'enchaînement de phrases sans rapport, il décide d'écrire une pièce absurde intitulée l'anglais sans peine. Ce n'est qu'après un lapsus, lors d'une répétition, que le titre de la pièce est fixé : l'acteur qui jouait le pompier, devait parler, dans une très longue tirade, d'une institutrice blonde… qui devint une “cantatrice chauve”.
Ionesco s'inspire de la méthode Assimil, mais dans Notes et contre-notes, il explique que l'absurde est venu se surajouter à la simple copie du manuel d'apprentissage. L'absurde devient le moteur de la pièce, car Ionesco a le projet de “grossir les ficelles de l'illusion théâtrale”.
L'histoire
Résumer la pièce est une chose presque impossible tellement l'absurde est omniprésent. Toutefois, on peut dégager un semblant d'histoire :
Les Smith, famille traditionnelle londonienne, reçoivent les Martin. Le capitaine des pompiers leur rend visite. Celui-ci reconnaît en Mary, leur bonne, une vieille amie.
Les caractéristiques de la pièce
Déréglant le langage en le plaçant dans des situations qui en rendent absurdes les significations, Ionesco parvient à dénoncer le caractère factice des habitudes sociales, et l’absurdité même du monde où l’homme est jeté sans connaître le sens de sa vie et sans recours à Dieu. La pendule montre que tout est déréglé et Mrs et Mr Smith, nom très commun en Angleterre, parlent pour ne rien dire, sans vraiment s’écouter. L’absurde de Ionesco, c’est l’étonnement devant le quotidien, la banalité anodine des êtres. L'auteur, dans cette pièce, délivre un message fort (et même gênant en un sens pour son lecteur), dénonçant l'incompréhensibilité des hommes. En fait, il veut montrer que les êtres ne peuvent pas se comprendre.
Contact : Luc Pelletier 06 89 74 54 00
Le Village
26310 Luc en Diois
La compagnie Biodégradable
luc.pelletier7@wanadoo.fr

jeudi 19 novembre 2009

On assassine bien les Journalistes

Hommage à Anastassia BABOUROVA .
Le 19 janvier 2009, Anastassia BABOUROVA était la septième collaboratrice du grand journal russe Novaïa Gazeta à être assassinée depuis 2000.
Sa disparition à l’âge de 25 ans a indigné la communauté internationale. C’est à ce titre que François ZIMERAY, ambassadeur pour les droits de l’Homme de la République française, s’est rendu en Russie pour assurer la rédaction de Novaïa Gazeta du soutien de la France aux défenseurs des droits de l’Homme en Russie. Un hommage était rendu le 28 octobre dernier par le Ministre des affaires étrangères, Bernard Kouchner, à la mémoire de la jeune fille, en présence de sa famille. Au même moment, l’école de journalisme de l’Institut français de la presse décidait de baptiser sa promotion 2009-2010 du nom d’Anastassia BABOUROVA (ici son portrait porté par une étudiante en journalisme)….
Emmanuelle Dechelette