Information Participative

Médias Citoyens Diois continu !

Retrouvez-nous sur notre nouveau site :

http://mediascitoyens-diois.info

dimanche 31 mars 2013

Diois : 3 débats publics sur la Transition Energétique...



Charte du collectif « transition énergétique ».
CONTEXTE : Un débat national pour faire émerger un projet de société
Pour engager pleinement le pays dans la transition énergétique, le Gouvernement a voulu un grand débat national, ouvert et citoyen. Le débat d oit faire émerger un projet de société autour de nouveaux modes de vie, de production, de consommation… fondés sur la sobriété, l’efficacité et le développement des énergies renouvelables.
La transition énergétique est le passage d’une société fondée sur la consommation abondante d’énergie,  de plus en plus chère, rare et polluante,  à une société plus sobre et plus écologique.

Pays Diois
5 avril  à  Châtillon à 20 heures à la Mairie.
15 avril à  Luc en diois à 20 heures salle des Voconces.
6 mai  à Die à 20.30 heures salle Polyvalente Municipale.
Le débat conduira à un projet de loi de programmation à l'automne 2013.
Le débat sur la transition énergétique s'organise autour de 5 questions :
Comment aller vers l'efficacité énergétique et la sobriété ? L'évolution des modes de vie, de production, de consommation, de transport ainsi que des services énergétiques nécessaires doit constituer le point de départ.
1- Quelle trajectoire pour atteindre le mix énergétique en 2025 ? Quel type de scénarii possibles à horizon 2030 et 2050, dans le respect des engagements climatiques de la France ?
2- Quels choix en matière d'énergies renouvelables et de nouvelles technologies de l'énergie et quelles stratégies de développement industriel et territorial ?
3- Quels coûts, quels bénéfices et quels financements de la transition énergétique ? Quels instruments pour assurer une répartition efficace et juste des efforts et des bénéfices?
4- Quelle gouvernance ? Quel rôle notamment pour l'État et les collectivités ?
Au cours des ateliers, la 1ère question devra être traitée, et au moins une autre au choix parmi les 4 questions restantes
L’organisation du débat reposera sur 2 types d’événements qui feront l’objet d’une labellisation :
des conférences avec un objectif de sensibilisation,
des ateliers participatifs permettant la sensibilisation et le recueil de contributions.
NOTRE PROJET COOPERATIF    Au-delà du débat national, favoriser une dynamique territoriale
Conscients que la transition énergétique est un enjeu majeur pour un territoire rural comme le nôtre, plusieurs structures de la Vallée de la Drôme (haute et basse vallée) désireuses de porter le débat localement, ont décidé de relever le défi ensemble.
Au-delà du débat national, notre ambition est de faire de ces ateliers et de la coopération née de leur organisation, un atout pour la dynamique territoriale sur la transition énergétique.
En conformité avec la charte de labellisation de la Région Rhône-Alpes, nos objectifs sont :
- informer les citoyens sur la transition énergétique
- informer le plus grand nombre, sortir du cercle de convaincus
- assurer une prise de conscience, inciter au changement des comportements
- démontrer la faisabilité au travers d’exemples,
- apporter des exemples concrets et locaux par des témoignages diversifiés
- travailler sur les conditions de réussite de la transition énergétique,
- définir la façon la plus pertinente écologiquement, la plus efficace économiquement et la plus juste socialement de mener la transition énergétique
- développer une approche territoriale de l’énergie pour des choix de gestion locaux
- recueillir des contributions pour le projet de loi.
Concrètement, nous avons mutualisé nos compétences afin d’avoir une réflexion commune sur les objectifs, nos engagements éthiques, le contenu type d’un atelier et la communication. L’organisation logistique et l’animation des ateliers sont menées indépendamment en haute et basse vallée.
Pays Diois
5 avril  à  Châtillon à 20 heures à la Mairie.
15 avril à  Luc en diois à 20 heures salle des Voconces.
6 mai  à Die à 20.30 heures salle Polyvalente Municipale.
Chacun de ces deux groupes a prévu 3 ateliers.
Val de Drôme
16 avril à Saillans (à Confirmer) à 20 heures
14 mai  à Crest (à Confirmer) à 20 heures
24 mai  à Livron (à Confirmer) à 20 heures
Une synthèse des contributions sera faite pour l’ensemble de la Vallée.
NOS ENGAGEMENTS  Ouverture et respect de la diversité pour impliquer le plus grand nombre
Cette charte éthique permet de définir les principes communs des structures et personnes qui s’engagent dans le collectif.
Parce que nous considérons que la transition énergétique est une formidable opportunité pour répondre aux enjeux auxquels nous sommes confrontés, que ce soit sur le plan économique, politique, social ou environnemental, et en particulier face à l'urgence du climat ;
Nous nous engageons à :
Donner sa place à toute structure désireuse de contribuer à ce projet coopératif
Organiser des ateliers participatifs fondés sur le respect de la diversité et de la pluralité des opinions
Proposer un moment d’échange citoyen ouvert et transparent pour favoriser l’appropriation des enjeux de la transition énergétique et donc l’implication du plus grand nombre
Rédiger les synthèses avec fidélité et neutralité
Instaurer un climat de confiance et de respect, afin de consolider l’engagement des acteurs, des citoyens, des experts et des décideurs dans la mise en œuvre conjointe de la transition énergétique
Organiser des évènements écoresponsables (réduire les impacts et contribuer au développement durable)
Inscrire nos activités dans une démarche d’évaluation et d’amélioration continue
Contribuer à la dynamique de la transition énergétique au-delà du temps du débat national
Pour que la transition énergétique devienne un enjeu de société partagé par tous !
contacts  Diois   : 04 75 21 19 10 - 06 43 35 64 31 transition.énergétique.diois@orange.fr
Val de Drôme     : 04 75 42 54 58 - 06 48 52 21 37

Marc Isoard et Mireille Verdet
- ADTE,  Association Dioise pour la Transition Énergétique
Le Serre de Pibous et Cougnès, 26150 DIE
Tél : 04 75 21 19 10
Une boîte mail a été ouverte au nom de l’association.

Collectif « Transition énergétique » de la vallée de la Drôme
Pour le Diois, Le collectif :
- ENERCOOP,  Coopérative énergétique.
- EQ,  Écologie au Quotidien.
- « Réseau Diois Transition Biovallée de la Drôme ».
- FAEP,  Familles A Énergie Positive.

CTVD Collectif Transition du Val de Drôme
- Vallée de la Drôme Énergie citoyenne.
Pour le Val de Drôme,:
04 75 42 54 58 


Cobonne 26400 : formations à l' Agriculture Biologique...



La ferme de Baume-Rousse à Cobonne 26400
Voici ce qui est au  programme sur notre ferme pour avril et pour la suite:
vendredi 5 avril: de 9 h 30 à 17h, journée d'élaboration des préparats biodynamiques, ouvert à tous.  Apportez de quoi partager le repas de midi, bêches et truelles et bonne humeur! contact 04.75.25.08.68
du vendredi 19 avril au dimanche 21
:
DANSES du monde en CERCLE  Célébration du Printemps
CONTACT :   06 78 26 84 35
du dimanche 28 avril au soir au 30 avril , 17h

animé par jean Michel FLORIN : Rencontre avec la vigne: Viticulture biodynamique, Observation de la vigne et compréhension du végétal
infos: 04.75.25.08.68  / 03.89.24.37.01
du dimanche 5 mai au soir, au mardi 7 mai , 17h
Apiculture Bio-Dynamique, animé par Thierry Bordage,
Visite de printemps et préparation à l’essaimage infos: 04.75.25.08.68  / 03.89.24.37.01
du 6 au 11 juillet :
RESPIRATION HOLOTROPIQUE & YI KING contact  06 88 15 16 29  ou 04.75.25.08.68 animé par Caroline Beretta, Nicolas Dumont, ---------------- et Pierre Faure
du dimanche 21 juillet,  au soir au vendredi 26 juillet,  17h
un stage autour des plantes médicinales, animé par Nathalie Grosrey de l'Ecole Lyonnaise des Plantes médicinales
contact 06.50.59.05.87  ou 04.75.25.08.68
du 19 au 24 août 2013
Danse et Mouvement de Vie , animé par Chantal TORANELLI, danseuse et Marinette WILHELM Céramiste
contact 06 74 16 38 75 ou 04.75.25.08.68
du 6 septembre 2013, 18h au 8 septembre 17h : transformation familiale des produits du jardin
Infos: 04.75.25.08.68  / 03.89.24.36.41 animé par Stéphane Cozon et Marion Haas : 25 ans d'expérience à vous faire partager!
Du 11 au 13 octobre : faire son pain, approche bio-dynamique, animé par  Pierre Delton (30 ans d'expérience  à nous faire partager!!) infos: 04.75.25.08.68  / 03.89.24.36.41
Stéphane Cozon et Marion Haas :
La Ferme de Baume Rousse
26400 Cobonne France
Tel : 04.75.25.08.68

Du Forum Social de Tunis...

La lutte contre le changement climatique prend son espace dans le Forum Social Mondial


Lutter pour l’environnement peut coûter cher. Nombreux ont été les assassinats et les disparitions d’activistes écologistes. Sombath Somphone, du Laos, est l’une de ces victimes. Pablo Solón, directeur de Focus on the Global South, l’a rappelé hier, lors de l’inauguration de l’ « Espace Climat » du Forum Social Mondial (FSM) qui se déroule en ce moment à Tunis. Pour la première fois, une édition du FSM compte avec un espace spécifique et permanent pour analyser les causes et les impacts du changement climatique, échanger les expériences et débattre sur de nouvelles stratégies afin d’affronter la crise écologique actuelle. Il s’agit de l’ « Espace Climat », porté par près de 40 organisations écologistes du monde entier, comme La Via Campesina, Focus on the Global South, le Groupe ETC, Ecologistas en Acción, ou encore ATTAC France, parmi d’autres.
Le changement climatique est un élément central dans la crise systémique du capitalisme, il menace l’avenir de la vie sur la planète et met clairement en lumière l’incapacité du modèle actuel à le résoudre réellement. Face au changement climatique, les gouvernements, les institutions internationales et multinationales coïncident à appuyer à fond sur l’accélérateur et à parier sur une série de fausses solutions technologiques qui, au lieu de résoudre la crise, vont au contraire l’approfondir encore plus. Ils promeuvent également des solutions de marché pour se remplir les poches avec l’achat et la vente d’émissions de gaz à effet de serre. La nature devient ainsi une marchandise de plus, une source de profit masquée par une rhétorique verte sans contenu réel. Un vert qui ressemble à celui du dollar et non à celui de la nature.
Les organisateurs de l’« Espace Climat » n’y vont pas par quatre chemins car le temps joue contre nous et la planète : « Nous avons perdu trop de batailles importantes dans la lutte pour la justice climatique et il nous reste peu de temps pour éviter que la Terre Mère et l’humanité se précipitent dans le gouffre. Le changement climatique provoque déjà 400.000 décès par an. ». Mais ils soulignent aussi l’espérance et la nécessité de la mobilisation en affirmant que « nous avons besoin d’action si nous voulons changer l’avenir ».
Nous voyons aujourd’hui comment la crise économique aggrave encore plus la crise climatique, énergétique et alimentaire. Les mêmes qui ont spéculés avec les hypothèques « subprime » ; les fonds à risque, les compagnies d’assurance, etc., sont ceux qui accaparent aujourd’hui les terres et spéculent avec la nourriture. Tout est bon pour faire du profit : l’eau, les semences, la terre, les céréales. Comme l’affirmait Nnimmo Bassey de Oil Watch International à la clôture de l’inauguration de l’Espace Climat : « Il est temps d’intensifier les luttes et de créer des alliances ». Tel est également l’engagement ratifié par les nombreux assistants. Comme le dit la chanson : « Le peuple uni ne sera jamais vaincu ! ».
Esther Vivas de Tunis, 28/03/2013.

Les autorités sanitaires en pleine dérives industrielles...

Qui garantit notre sécurité alimentaire ?


On nous dit que notre alimentation n’a jamais été aussi sûre qu’aujourd’hui, que les aliments n’ont jamais été aussi contrôlés jusqu’à maintenant. Cependant, de manière périodique surgissent de nouveaux scandales alimentaires, le dernier en date étant celui de la viande chevaline. L’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments est, théoriquement, chargée de veiller à la sécurité sanitaire de ce que nous mangeons. Mais qu’y a-t-il derrière cette agence qui joue un rôle clé dans l’autorisation de milliers de produits, comme les pesticides, les transgéniques et les additifs alimentaires qui finissent dans nos assiettes ? Voyons cela d’un peu plus près. L’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments se présente sur sa page Web comme « la pierre angulaire de l’Union européenne (UE) pour ce qui concerne l’évaluation des risques relatifs à la sécurité des aliments ». L’Autorité a été créée en 2002 à la suite d’une série de scandales comme celui de la « Vache Folle » à la fin des années 1990. Son objectif : améliorer la sécurité alimentaire, restaurer et maintenir la confiance dans l’approvisionnement des aliments. Selon ce qu’elle indique, son engagement est « d’offrir des avis scientifiques de manière indépendante et objective ». Vraiment ?
La Cours des Comptes Européenne ne semble pas très d’accord avec ces affirmations comme il en ressort de son rapport « Management of conflict of interest in selected EU Agencies » [Gestion des conflits d’intérêts dans les Agences de l’UE sélectionnées], de septembre 2012 et dans lequel on affirme que l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments, ainsi que trois autres agences européennes analysées, « ne gèrent pas de manière adéquate les situations de conflit d’intérêts ». Le rapport ajoute que ces « risques de conflits d’intérêts sont incrustés dans les structures mêmes de ces agences (…) et dans la dépendance envers les recherches réalisées par l’industrie ». C’est clair comme de l’eau de roche.
En guise d’anecdote, les conclusions du rapport de la Cours des Comptes Européenne contrastaient avec les éloges contenus dans l’évaluation réalisée peu de temps avant par une société d’audit privé Ernst&Young, qui fut bien entendu engagée par cette même Autorité Européenne de Sécurité des Aliments.
Mais les critiques concernant l’absence de neutralité de l’Autorité ne sont pas nouvelles. Les organisations « Corporate European Observatory » et « Earth Open Source » ont publié, en février 2012 à l’occasion du dixième anniversaire de l’institution, un rapport au vitriol intitulé « Conflicts on the menu : a decade of industry influence at the European Food Safety Authority » [Conflits dans le menu, une décennie d’influence de l’industrie sur l’ L’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments]. Dans ce travail de recherche, on remet en question l’indépendance de l’Autorité et on souligne les liens étroits entre ses experts et les entreprises du secteur.
Quelles sont les conséquences de tout cela pour les consommateurs ? On peut trouver un exemple dans la régulation des produits alimentaires. Quand une entreprise veut introduire une nouvelle substance ou un produit dans le marché, elle doit présenter à l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments et aux institutions de l’Union européenne un dossier sur l’évaluation du risque sanitaire de ces produits. A la demande de la Commission européenne, un panel de scientifiques de l’Autorité examine ce dossier et publie une opinion scientifique à partir de laquelle les représentants des Etats membres prennent une décision. Le problème c’est que, fondamentalement, l’Autorité base ses évaluations sur des études menées à bien par l’industrie elle-même, qui espère bien entendu retirer de juteux profits avec la commercialisation de ses produits. Les rapports scientifiques indépendants ne sont pas pris en compte. En conséquence, ce mécanisme favorise sans l’ombre d’un doute les intérêts des grandes industries du secteur au détriment des intérêts sociaux.
Ainsi, selon des rapports scientifiques indépendants, des substances et des produits que nous trouvons dans le marché comme l’aspartame, un édulcorant non calorique, ou le bisphénol A (BPA) dans le plastique des emballages alimentaires, affecteraient négativement notre santé. Ces études n’ont jamais été prises en compte par l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments. La situation n’est pas nouvelle. Combien d’études faisant l’éloge des vertus du tabac et financées par l’industrie de la cigarette n’ont-elles pas été réalisées dans le passé ? Elles ne sont plus aujourd’hui, heureusement, que des chiffons de papier.
Derrière le poids de l’industrie, il y a la dynamique des « vases communicants ». Des employés et des experts de l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments finissent, après un certain temps, par travailler dans des entreprises de l’agro-industrie ou de la biotechnologie et vice-versa, ce qui provoque une situation évidente – sauf à leurs propres yeux semble-t-il – de conflit d’intérêts. Les exemples abondent. Suzy Renckens, coordinatrice scientifique du panel sur les transgéniques de l’Autorité a, en 2008, laissé son poste pour celui de directrice du lobby de la multinationale Syngenta pour l’Union européenne. David Carlander, employé de l’Autorité, chargé d’élaborer les lignes directrices pour l’utilisation des nanotechnologies dans les aliments est devenu, en 2011, le directeur du lobby de la Nanotechnology Industries Association à Bruxelles. Laura Smillie, engagée en 2010 par l’Autorité afin de développer de nouvelles lignes de communication sur les risques alimentaires provenait de l’European Food Information Council (EUFIC), un think tank financé par des entreprises de l’industrie agro-alimentaire telles que Coca-Cola, Danone, Kraft Foods, McDonald’s, Nestlé, Unilever.
Dans l’Etat espagnol, l’Agence Espagnole de Sécurité Alimentaire et de Nutrition semble suivre l’exemple de sa « grande sœur ». Il suffit de voir le curriculum de sa directrice actuelle, Ángela López de Sá Fernández, anciennement directrice des affaires et des normes scientifiques chez Coca-Cola Iberia, et qui, pour occuper son nouveau poste à la tête de l’Agence espagnole a demandé un congé sans solde et n’a donc pas démissionné. Un pied des deux côtés. Cela se passe de commentaire.
Dorénavant, quand on nous dira qu’il ne faut pas nous inquiéter, que notre sécurité alimentaire est dans de bonnes mains, nous demanderons : « de bonnes mains, oui, mais pour qui ? ». Car, au vu de ce qui précède, ces « bonnes mains » ne le sont certainement pas pour la majorité d’entre nous.
Esther Vivas

samedi 30 mars 2013

Morice BENIN, mon père - Vidéo Dailymotion

Morice BENIN, mon père - Vidéo Dailymotion



Nous voulions juste faire l’amour
Nous voulions juste faire l’amour
Jouir de la vie, effeuiller le désir
Trouver un contre-poison à cette extrême lassitude
Que nous lisions sur le visage de nos parents
Nous avions vingt ans, l’avenir nous appartenait
Il semblait immense, incommensurablement vierge
Nous savions lire entre les nuages
Nous guettions chaque rencontre comme un nouveau présage
Tout était puissant, révélateur, gorgé de sens…

Nous voulions juste faire l’amour
Avec la vie, la femme et l’arbre
Avec cette résonance inouïe d’un absolu sans faille
Nous voulions renaître chaque matin plus lucide, plus pertinent
Et nous avions quelques sextants pour nous guider :
Brel nous chantait sa quête, son impossible rêve
Ferrat ses grandes orgues Aragonaises
Leclerc, Brassens, nous tissaient leurs perles de mots
En esthètes accomplis
Et Ferré… ô Ferré, l’ardent , l’indispensable défricheur sauvage
Apaisait notre soif d’être ici, tout d’suite, maintenant ! Hé basta !
Nous voulions juste faire l’amour
Sans plus rien concéder à la morosité ambiante
Avec ce désir de loup affamé
Nous cherchions dans la steppe du monde
Quelques louves insatiables comme nous…
Nous voulions juste faire l’amour
Sans Marijuana, sans substituts, sans regret
Orgueilleux parfois, mais questoyeur toujours
Nous relevant de chaque chute un peu plus grand, un peu moins con
Nous voulions juste faire l’amour
Nous étions alors perçus comme gauchistes-révolutionnaires
Alors que nous ne cherchions qu’à préserver notre âme d’enfance
Nous voulions juste faire l’amour, sans concession
Jusqu’à l’heure d’aujourd’hui sans l’ombre d’un reniement…

Morice Benin, 20 Mars 2013, 26150 Die
 
 

La Vache & Le Prisonnier

De Jacques Liotard de Crest-26400

Les politiques sont en train de détruire l' Europe...



Que l’Empire latin contre-attaque !
En 1947, Alexandre Kojève, un philosophe qui se trouvait aussi occuper des charges de haut fonctionnaire au sein de l’Etat français, publie un essai intitulé l’Empire latin. Cet essai est d’une actualité telle qu’on a tout intérêt à y revenir.
Avec une prescience singulière, Kojève soutient sans réserve que l’Allemagne deviendra sous peu la principale puissance économique européenne et qu’elle va réduire la France au rang d’une puissance secondaire au sein de l’Europe occidentale. Kojève voyait avec lucidité la fin des Etats-nations qui avaient jusque-là déterminé l’histoire de l’Europe : tout comme l’Etat moderne avait correspondu au déclin des formations politiques féodales et à l’émergence des Etats nationaux, de même les Etats-nations devaient inexorablement céder le pas à des formations politiques qui dépassaient les frontières des nations et qu’il désignait sous le nom d’«empires». A la base de ces empires ne pouvait plus se trouver, selon Kojève, une unité abstraite, indifférente aux liens réels de culture, de langue, de mode de vie et de religion : les empires - ceux qu’il avait sous les yeux, qu’il s’agisse de l’Empire anglo-saxon (Etats-Unis et Angleterre) ou de l’Empire soviétique - devaient être des «unités politiques transnationales, mais formées par des nations apparentées».
C’est la raison pour laquelle Kojève proposait à la France de se poser à la tête d’un «Empire latin» qui aurait uni économiquement et politiquement les trois grandes nations latines (à savoir la France, l’Espagne et l’Italie), en accord avec l’Eglise catholique dont il aurait recueilli la tradition tout en s’ouvrant à la Méditerranée. Selon Kojève, l’Allemagne protestante qui devait devenir sous peu la nation la plus riche et la plus puissante d’Europe (ce qu’elle est devenue de fait), ne manquerait pas d’être inexorablement attirée par sa vocation extraeuropééene et à se tourner vers les formes de l’Empire anglo-saxon. Mais, dans cette hypothèse, la France et les nations latines allaient rester un corps plus ou moins étranger, réduit nécessairement à un rôle périphérique de satellite.
Aujourd’hui, alors que l’Union européenne (UE) s’est formée en ignorant les parentés culturelles concrètes qui peuvent exister entre certaines nations, il peut être utile et urgent de réfléchir à la proposition de Kojève. Ce qu’il avait prévu s’est vérifié très précisément. Une Europe qui prétend exister sur une base strictement économique, en abandonnant toutes les parentés réelles entre les formes de vie, de culture et de religion, n’a pas cessé de montrer toute sa fragilité, et avant tout sur le plan économique.
En l’occurrence, la prétendue unité a accusé les différences et on peut constater à quoi elle se réduit : imposer à la majorité des plus pauvres les intérêts de la minorité des plus riches, qui coïncident la plupart du temps avec ceux d’une seule nation, que rien ne permet, dans l’histoire récente, de considérer comme exemplaire. Non seulement il n’y a aucun sens à demander à un Grec ou à un Italien de vivre comme un Allemand ; mais quand bien même cela serait possible, cela aboutirait à la disparition d’un patrimoine culturel qui se trouve avant toute chose une forme de vie. Et une unité politique qui préfère ignorer les formes de vie n’est pas seulement condamnée à ne pas durer, mais, comme l’Europe le montre avec éloquence, elle ne réussit pas même à se constituer comme telle.
Si l’on ne veut pas que l’Europe finisse par se désagréger de manière inexorable, comme de nombreux signes nous permettent de le prévoir, il conviendrait de se mettre sans plus attendre à se demander comment la Constitution européenne (qui n’est pas une constitution du point de vue du droit public, comme il n’est pas inutile de le rappeler, puisqu’elle n’a pas été soumise au vote populaire, et là où elle l’a été - comme en France, elle a été rejetée à plates coutures) pourrait être réarticulée à nouveaux frais.
De cette manière, on pourrait essayer de redonner à une réalité politique quelque chose de semblable à ce que Kojève avait appelé «l’Empire latin».
GIORGIO AGAMBEN Philosophe
Traduit de l’italien par Martin Rueff

De nos amiEs de Cubière sur Cinoble...



Ecohameau de Cubère sur Cinoble en danger
Chers amis,
Les nouvelles de notre projet d’éco-hameau à Cubières ne sont pas bonnes. Le délibéré de notre procès est tombé vendredi dernier : il est sévère, avec une amende de 1500€, la démolition exigée des yourtes sous 3 mois et 75€ de pénalité par jour de retard.
Cette décision a été un choc pour tout le collectif. En effet, elle contraste fortement avec le réquisitoire plutôt clément du procureur lors du procès. Le président du tribunal ne l’a pas suivi dans cette voie et on ne peut s’empêcher de penser aux circonstances qui ont pu faire pencher la balance vers une décision finale plus dure.
Quoi qu’il en soit, nous faisons appel de cette décision de justice. Cette procédure d’appel suspend momentanément l’application du jugement et la date du procès en appel devrait nous être communiquée dans les prochains jours.
Dans cet intervalle, nous explorerons toutes les pistes possibles permettant d’apporter des éléments concrets et convaincants devant les juges. L’évolution de la carte communale de Cubières vers un Plan Local d’Urbanisme (PLU), porté avec conviction par le maire et le conseil municipal de Cubières, est un élément essentiel dans notre dossier. Mais c’est un processus long qui peut demander plusieurs années avant d’aboutir. Il est donc important pour nous d’explorer des pistes alternatives, avec l’aide de tous les acteurs compétents dans ces domaines de l’urbanisme.
Contrairement à la position que nous avions adoptée pour le premier procès, nous souhaitons également médiatiser plus largement l’aventure que nous vivons, en lien avec les réseaux locaux et les différents mouvements et associations qui défendent aussi les convictions qui nous animent.
Pour faire face à ces différents enjeux tout en maintenant l’équilibre de vie du collectif, votre aide et votre soutien, sous quelque forme que ce soit, nous est plus que jamais nécessaire.
N’hésitez pas à diffuser cette information autour de vous.
Comme le dit un proverbe africain, des millions de fourmis ensemble peuvent soulever un éléphant …
Louise, Delphine, Maud, Joseph, Philippe, Ludovic,
terredevieducinoble.org
Contacts
Email de l’association : terredevieducinoble@gmail.com
Tél : 04 68 20 94 41
Adresse : 1 route des Baillessats, 11 190  Cubières sur Cinoble
Visites : Louise  06 22 24 42 79
Infos : Ludovic 06 68 48 83 95
Compagnon et wwoofer:
Joseph 06 50 09 15 92 Delphine 06 77 20 70 52
Historique : En Novembre 2009, la Foncière TERRE DE LIENS a acquis, à notre demande, une terre de 3,32 ha proposée par Madame le Maire Sylvie ROMIEU. Le terrain est en zone naturelle non constructible sur une commune en zone de revitalisation rurale (ZRR). Il fait actuellement objet d’un prêt a usage à l’Association « Terre d’Abondance »  par la Foncière « Terre de Liens ». Le développement de cet éco-hameau a bénéficié d’un soutien actif de la mairie car d’une part il apporte des solutions concrètes à la création d’habitats, d’autre part il permet une réelle revitalisation rurale avec l’arrivée de nouvelles forces vives et de nouveaux savoir faire, tout ceci dans un esprit de développement durable. C’est entre autres pour ces raisons que Madame le Maire a autorisé l’installation sur ce terrain d’habitations écologiques légères, durables et réversibles, à savoir des yourtes. Cette installation est transitoire, dans l’attente des autorisations nécessaires pour la construction des bâtiments bioclimatiques à bas coût permettant aux porteurs du projet de vivre et de travailler sur place.
Nous sommes convoqués au tribunal de Carcassonne le 8 février 2013 à 8h30 pour infraction au code de l’urbanisme concernant l’installation de nos 9 yourtes sans permis de construire.
Nous avons besoin de vous pour soutenir cette avancée pionnière qui comme toujours a commencé avec légitimité dans l’illégalité pour évoluer vers la légalité, c’est ce que défend avec ferveur Madame Le Maire, Sylvie Romieu.
Ce projet de terrain est une solution locale à des problèmes globaux majeurs
Pour nous aider à couvrir les frais engendrés par le procès, vous pouvez nous faire parvenir vos dons à L’association Terre d’Abondance.
Quelques nouvelles de notre aventure judiciaire ….
Notre collectif s’est rendu le 8 février au tribunal de Carcassonne, rejoint dans la salle d’audience par différents amis et sympathisants de la région qui avaient fait le déplacement pour nous soutenir. Merci à eux pour cette présence, suffisamment forte pour qu’elle soit mentionnée par le président du tribunal au cours de l’audience !
Louise a d’abord été appelée à la barre en tant que présidente de l’association Vivre Ensemble. Elle a répondu avec calme et sérénité aux questions du président et du procureur, puis à celles de notre avocate Me Di Nicola. Ce fut ensuite Mme le maire de Cubières sur Cinoble, Sylvie Romieu, citée comme témoin, qui fut questionnée. Elle put ainsi réaffirmer avec force son soutien à notre projet. Une représentante de la DDTM, présente pendant toute l’audience, s’est exprimée à plusieurs reprises à la demande du procureur. L’audience, relativement longue, a duré environ une heure. Le délibéré sera rendu le 22 mars prochain.
 Votre aide financière pour les frais de procédure nous a permis de recueillir 1540 € sur les 2200 € nécessaires. Un grand merci pour vos contributions … et à bientôt pour d’autres nouvelles !
Louise, Maud, Delphine, Philippe, Ludovic, Joseph

En direct de la Région Rhône-Alpes...

EELV

Chronique de l’assemblée régionale de mars 2013

« Il n’y a que des élus fossiles qui défendent les énergies du même nom »  Etienne Tête lors de l’assemblée régionale de Mars 2013

Plan Climat : passer aux choses concrètes

instalpanneaux
Benoît Leclair vice-président (EELV) à l’énergie et au climat a présenté son plan climat régional. L’objectif : passer des déclarations au concret avec un certain nombre d’actions sur tous les leviers disponibles pour engager la transition énergétique en Rhône-Alpes.
Lire la suite.
ligne

Schéma de massif alpin : une autre vision de la montagne

Monal-Vanoise-Savoie

Claude Comet, conseillère déléguée (EELV) au tourisme et à la montagne, a présenté le schéma de massif qui a pour but de développer des politiques qui seront financées par des fonds européens pour les quatre ans qui viennent.
Lire la suite.
ligne

A51 : Ni en Rhône-Alpes ni en PACA

Le groupe EELV a demandé à ce que la région se positionne contre l’autoroute A51. En effet ce projet, non financé et irréalisable, est remis sur la table par André Vallini et la députée PS des Hautes-Alpes Karine Berger.
Lire la suite.
ligne

Ecomobilité : combiner l’innovation et le bon sens

Sncf-vélo1
 L’ “écomobilité” est la combinaison de l’ensemble des alternatives à la voiture à usage individuel: les modes non motorisés,  les transports en commun, le covoiturage,  l’autopartage… La région a voté un texte pour encourager ce type de déplacements.
Lire la suite.
ligne

Décentralisation : l’acte III reste à écrire

regions

Le débat sur la décentralisation ce vendredi 29 mars était une première : enfin un véritable échange politique dans l’hémicycle sur un projet de loi important.
Lire la suite.
ligne

Voeu sur les OGM : le Monsanto 810 doit passer des tests exigeants

Un nouveau règlement européen va entrer en vigueur pour renforcer l’expérimentation et l’évaluation sanitaire en vue de la mise sur le marché des OGM. Malheureusement ce réglement ne s’applique pas aux demandes déjà déposées dont celle emblématique du Monsanto 810.
Lire la suite.
Vous êtes inscrit à notre programme de lettre d’information.

vendredi 29 mars 2013

Die 26150 : Spectacle aux Locaux Loco...



Vendredi 29 Mars à 20h00
PHILOMENE LA RACONTEUSE
(photo de Gilbert David qui n' a rien à voir : castor à Saint Roman en Diois)
Contes Public
épisode 5
Entrée Libre, chapeau à l'artiste.

Renseignements au 04 75 22 11 24 ou 06 85 27 20 67.
Au Locaux loco
Rue de l’Armèlerie
26150 Die
Rappel : - Les lundis de 15h à 20h : « le garage à fringues » atelier couture, avec Marianne Godez
- Les jeudis de 15h00 à 16h00 (jusqu'au 25 avril) : atelier découverte massage avec Florence Bresc

Beaufort sur Gervanne : la nature sous son toit...



Bonjour,
Ne manquez pas la conférence de ce vendredi 29 mars
"LA NATURE SOUS SON TOIT", par Jean-François Noblet
20 heures dans la salle d'animation de Beaufort sur Gervanne
- Gratuit, ouvert à tous.
Découvrez comment offrir des gîtes aux hérissons, des haltes pour les oiseaux, comment accueillir des martinets au grenier, des chauves-souris derrière ses volets, comment favoriser les insectes utiles dans son potager...  Jean-Francois Noblet, naturaliste bien connu, auteur de nombreux ouvrages sur le sujet, nous livrera de nombreux conseils pour accueillir et cohabiter avec une faune et une flore diversifiée chez soi, à la campagne comme en ville.
Renseignements : asociation LYSANDRA :  04 75 57 32 34
A noter également :
prochaine sortie : sortie de découverte des amphibiens, mardi 2 avril
"Autour de nos mares , la Nuit".
de 20 h à 22 heures
gratuit, pour tous.
Renseignements : 04 75 57 32 34
A très bientôt donc
Cordialement
Gérard GRASSI

Association LYSANDRA
L'esplanade
26400 BEAUFORT SUR GERVANNE
04 75 57 32 34

site : http://lysandra.asso.free.fr

Le Printemps des Poètes...

Printemps des poètes 3 : Bris de Nil Nèfta Poetry : MCD célèbre la poésie en invitant des poètes-slameurs, de Dakar à Brazzaville, en passant par Paris, ou encore Lomé, à partager et déclamer un texte original. Un rendez vous hebdomadaire à ne pas manquer.
Cette gorgone aux traits calleux

Que la glace polie réfléchit

Mais… qui est-ce ?

Derrière ce faciès en ruine

Bosselé de combes et de combles

Affaissé en creux et en saillies

Un visage malheureux, de pierre.

Décroissant, des enfonçures de son front

Aux creusures de ses joues

À l'effondrement de sa mâchoire

Pendante, tombante, succombante…

Ses yeux constellés d'étoiles rouges. Vives.

Ce ne sont pas des étincelles

Mais des vaisseaux, des nefs sanguines.

Cette gorgone aux traits calleux

Que la glace, fut-elle concave, réfléchit

Mais… qui est-ce ?

Cette étrangère qui retranche mes souvenirs…

Sa seule vue, d'une entière vie,

Mes pensées, ampute…

Trichoma, elle a le cheveu gras

Des tifs, rebelles et rétifs…

Qui est ce corps à l'abandon ?

Dont le miroir me laisse une sale impression

Dont la surface renvoie une sale imitation

De moi… ?

Quelle est cette poupée désarticulée ?

Au teint fuligineux

Au regard brumeux

À la peau brouillée

Au souffle fumeux

Aux contours obscurs

À l'air rapiécé

Gonflée de bleus…

Moi… ?

Moi…

Avant j'étais un Nil

Un fleuve d'abondance

J'étais paisible. Tempérance.

Me contempler c'était atteindre l'Empyrée.

J'étais un havre, un port de paix

Mon corps. Libre. Exempt de chaînes

Mais il arriva tel un mordant hiver

Qui me glaça le sang

Qui me glaça de peurs

Au goutte à goutte, toxique infiltrat

En ma psyché

Angoisse !

Psychose !

Terreurs !

Psychique défaite

En moi c'était l'Arctique

Qui, Balkanisé, se morcelait

Et ma rivière gelée

Fut réduite en bris de Nil…

Sur moi, je pleure ce ça en moi

Prise aux fers en mon sein

Grippés les vices de mes reins

Ce corps agonique agonis de malheurs

Ce vagin cynique lacéré de douleurs

Disparue, l'enfant qu'elle éleva

Ma mère-courage

Ma mère-adage

"Aime un homme qui t'aime

Pas un homme que tu aimes…"

Maman où es-tu ? !

Je ne m'y retrouve plus !

Delirium Tremens sous sa coupe

À force de roustes et de beignes

Pourtant je n'ai pas la chatte teigne

Pour qu'il me filât tant de châtaignes… !!

L'Homo Neandertalensis… Contendant !

L'Homo Sapiens… Hypnotisant…

L'Homo Sexus… Pilonnant !

Frugales amours de ce singe nu…

Moi…

Avant j'étais un Nil

Un fleuve d'abondance

J'étais paisible. Tempérance.

Me contempler c'était atteindre l'Empyrée.

J'étais un havre, un port de paix

Mon corps libre exempt de chaînes

Mais il m'enveloppa tel un mordant hiver

Qui me glaça le sang

Qui me glaça de peurs

Au goutte à goutte, toxique infiltrat

En ma psyché

Angoisse !

Psychose !

Phobique !

Mentalement défaite

En moi c'était un Arctique

Balkanisé, morcelé

Et moi, rivière tarie

Réduite en sable du Nil…

Pourtant elle l'aime ce singe nu…

Souvent luminescent, l'homme de Florès

À qui elle donnerait sa flore à fleurer

Floune flirtant livrant sa fleur à déflorer…

Mais non à défleurir !

Ni son ventre à pourrir !

Pour à ce point manquer de flair

Il fallut que son odeur musquée soit enivrante

Elle était ivre de lui, ivre de son aura aveuglante

Dans une cécité existentielle dont la densité avait

Force de loi… Aveugle à tout…

À la fois état et séquelle…

Mais je dis "Elle"

Que ne dis-je "je" ? !

Car en moi vit-elle

Comme moi en elle…

JE…

Je me sentais cloche à être trop sonnée

Trop assommée ! Cognée ! Sifflée !… Au pied !

Perdant le fil de ma propre pensée

Mon histoire, entre parenthèses, embrumée…

Je ne suis personne… à moi-même aliénée…

Alors qu'aux prémices de nos amours

Charnelles, assoiffées, enragées !!

Il en était bouleversant

À m'en chavirer d'extase

À me tournebouler, désorientée

À chaque orgasmique baiser

À m'en remuer les tripes !

Ces mêmes tripes qu'il se plut ensuite

À saigner, à me les étaler

En vomissures…

Comment jadis ces lèvres succulentes

Qui susurraient sa jouissance à mon oreille

Étaient félicités pour ma peau-nectar

Peuvent-elles accueillir la cruauté

Des noms d'oiseau dont il sait m'affubler ?

Comment ses mains jadis flattant mes courbes

Protectrices, m'épargnant l'ennui, suaves, jamais fourbes

Peuvent-elles, les doigts serrés en un poing,

S'abattre, ces massues, sur mes reins

M'évanouir en strangulations ces serre-joints ?

Comment

Comment… ?

Ma peau de brocart, de tussah

Ma chute de rein, vertigineuse

Mes bras graciles, qu'il disait…

Et le bleuissement de martyres

Les abrasions des vaginales tortures

Qu'il m'inflige… ?

De l'Éden à la Géhenne…

Moi…

Avant j'étais un Nil

Un fleuve d'abondance

Paisible tempérance

Un havre, un port de paix

Et ce mordant hiver

Qui me glaça le sang

Qui me brisa les os

Je l'ai fui…

J'ai fondu en larmes

Dégoulinant ma peur

Jusqu'à l'apaisement

Rassemblant mon être

Feu continent noir

Je ne suis plus qu'une île

Mais en moi la vie encore se meut

Son cours reprend…

Son flot d'espérance

Je suis un Nil… 

Bris de Nil  de  Nèfta Poetry pour Mme Bonjean qui veut plus de poésie sur notre Blog 

jeudi 28 mars 2013

Saillans : concert à l' Oignon



Chères toutes, et tous,
Encore un weekend chargé de musique à l'Oignon!
Vendredi 29 mars à  partir de 21h : Bizz'Art Ochestar trio
Dimanche 31 mars à partir de 20h30 : Ciné-concert avec  Jack Ticklers
Une nouvelle formule concert-ciné rendant hommage aux Rent Parties que les noirs de Harlem organisaient chez eux dans les années 20 pour payer leur loyer.
Nous vous attendons nombreux!
L’Oignon Local Associatif
26 Saillans
Catherine Jammes
04 75 21 61 06
Jean-Louis Hourdin
À bientôt !
L'Oignon

Du Forum Social Mondial de Tunis...


Le mouvement mondial de paysans et de la souveraineté alimentaire.
La Via Campesina a organisé une conférence de presse le 27 mars au Centre de presse de l’université El Manar lors de la journée  d’ouverture du Forum Social La Via Campesina a organisé une conférence de presse le 27 mars au Centre de presse de l’université El Manar lors de la journée  d’ouverture du Forum Social Mondial de Tunis.
 - Les intervenants  à la conférence de presse ont été Josie Riffaud de la Confédération Paysanne de France, Ibrahima Coulibaly de la Coordination Nationale des Organisations Paysannes du Mali, Nandini Jairam de la Karnataka State Farmers Association de l’Inde et Angel Strapazzon du Mouvement des Peuples Indigènes et des Paysans (MNCI) d’Argentine.
- Était présente à Tunis une délégation LVC de 50 paysannes et paysans du monde entier. “Nous sommes venus en solidarité avec les attentes des peuples du Maghreb et du Mashrek. Nous sommes ici pour entamer un dialogue sur la défense de l’agriculture paysanne. La majorité des habitants de la planète sont des paysans, or les grandes entreprises sont en train d’accaparer leurs ressources – terre, semences, marchés et eau. Il est donc crucial pour nous de construire une unité entre les paysans du monde et de défendre l’agriculture paysanne pour nourrir le monde et fournir les moyens d’existence,” déclare Josie Riffaud.

-  “L’Agrobusiness et les transnationales sont une réelle menace pour le monde. Elles consomment beaucoup trop de ressources. Elles  contrôlent les meilleures terres et accaparent partout de plus en plus de terres. Au lieu de produire des aliments pour les gens, elles produisent des cultures pour l’exportation– bio-carburants et aliments composés pour animaux destinés à l’industrie de la viande. Or, les paysans du monde s’unissent et vont défendre leurs terres,” déclare Ibrahima Coulibaly du Mali, un pays qui connait actuellement le phénomène le plus important d’accaparement des terres.
- Talking Nandini Jairam, paysanne en agro-écologie de l’Inde a parlé des propositions pour résoudre la crise alimentaire et climatique, “Nous ne faisons pas que résister aux menaces du capitalisme, nous proposons également un programme avec des alternatives concrètes – la Souveraineté alimentaire et l’agro-écologie. LVC prend très au sérieux l’agro-écologie, nous nous organisons et partageons nos meilleures pratiques en agro-écologie. Les exemples réussis de modèles de ce type de cultures sont multiples, ils ne nécessitent pas d’entrants chimiques chers et produisent beaucoup plus que les monocultures inefficaces de l’agrobusiness. Ils évitent aux paysans de s’endetter, ceci étant la principale cause de la vague de suicides en Inde. Telles sont les réelles solutions des peuples aux crises du climat, de l’alimentation et du chômage. Les gouvernements devraient nous appuyer pour mener a bien notre programme”.
- Angel Strappazon, qui suit de près l’accaparement des terres et la monoculture du soja en Argentine a déclaré, “les gouvernements encouragent les fausses solutions des grandes entreprises comme les OGM pour la crise du climat. Les monocultures d’OGM sont dangereuses pour la planète et les populations, elles consomment énormément de produits chimiques comme les herbicides fabriqués à partir pétrole. En Amérique du Sud des communautés entières sont tombées malades à cause des pesticides. Ils contaminent la  biodiversité, et à long terme les sols sont épuisés et incapables de stocker le carbone.  Comment pourrons-nous nourrir le monde avec des sols morts et sana biodiversité?”.
- Les paysans s’opposent également aux programmes de traités de libre échange des gouvernements néolibéraux partout dans le monde. “L’Agrobusiness essaye de pénétrer nos marchés et exercent un dumping du fait de  leur production alimentaire massive inondant nos pays. Ils exercent une pression vers le bas des prix locaux et poussent les petits producteurs à abandonner leur activité. Non seulement cela n’est pas soutenable, mais notre capacité nationale  à nourrir nos concitoyens s’en trouve bien diminuée,” a insisté la délégation des paysans.
- La Via Campesina va organiser plusieurs évènements au Forum Social Mondial. Nous sommes l’un des organisateurs de l’Espace Climat visant le renforcement des luttes pour la justice climatique. Nous co-organisons également plusieurs tables rondes sur, entre autres, les migrations, les femmes, les semences paysannes et l’accaparement des terres.
- De nos jours, LVC est l’un des mouvements sociaux le plus important et sans doute avec le plus de membres au monde. Il réunit les paysans et les petits agriculteurs, les sans terre, les paysannes, les peuples autochtones, les migrants et les ouvriers agricoles du monde entier dans le but de promouvoir la souveraineté alimentaire.
- LVC va célébrer ses 20 ans d’existence. Lors de sa Conférence internationale pour ce vingtième anniversaire à Jakarta en juin 2013, elle va s’étendre à de nouvelles régions et ajouter de nouveaux membres aux plus de 150 organisations locales et nationales dans plus de 70 pays d’Afrique, d’Asie, d’Europe et des Amériques.
- Pour une copie du kit de presse et pour plus d’informations sur  LVC au FSM veuillez contacter: Boaventura Monjane, équipe communication +216 24809776  (Numéro local Tunis)

email: boa.monjane@viacampesina.org
Pour suivre les activités LVC pendant le FSM:
Notre Web: www.laviacampesina.org
Notre nouveau canal TV !
Regardez TV Via Campesina pour de petits clips interessants sur le FSM : http://tv.viacampesina.org
La Via Campesina

Via Campesina is an international movement of peasants, small- and medium-sized producers, landless, rural women, indigenous people, rural youth and agricultural workers.
We are an autonomous, pluralist and multicultural movement, independent of any political, economic, or other type of affiliation. Born in 1993, La Via Campesina now gathers about 150 organisations in 70 countries in Asia, Africa, Europe, and the Americas.
International Operational Secretariat:
Jln. Mampang Prapatan XIV no 5 Jakarta Selatan, Jakarta 12790 Indonesia.